D'un paresseux

 

Le travaille me rebute, je le hais

Je rêve sans cesse d'un air tranquille

D'une moiteur douce qui sans arrêt

Abrégerait mes efforts inutiles

Ce n'est pas que je ne voudrais rien faire

Pourtant je désirerais travailler

Mais pas à la manière de ces hères

Qui du matin au soir ne font que peiner

Rien sur cette terre ne m'intéresse

Tout ce temps me tue et me désespère

Comme je suis bien ainsi. Ma sagesse

Me conseille de suivre la matière...

On peut bien me traiter de paresseux,

Qu'importe, je suis bel et bien heureux !

 

                        

notes sur ce texte       sommaire du recueil      poème suivant