MISERERE

 

Il y a des jours où l'envie me prend

De regarder par-delà les carreaux

Je reste là trop longtemps bien souvent

A ne savoir plus voir ce qui est beau

Alors ton souvenir réapparaît

Tu es trop belle pour que je le crois

Comme un soûl je divague dans le vrai

J'ai envie de te serrer dans mes bras

Il y a des jours où l'envie me prend

De regarder par-delà les carreaux

Et de contempler un peu tous ces gens

Qui passent repassent comme de l'eau

Hélas je n'y vois plus le voilier

Celui qui voguait quand j'étais enfant

Que je cassais quand j'avais oublié

Son nom que je prononçais en chantant

Il y a des jours où l'envie me prend

De regarder par-delà les carreaux

Il y a des jours où je suis content

Content d'un mal qui me tient à la peau.

                                               notes sur ce texte       sommaire du recueil      poème suivant