MA NYMPHE DORMEUSE

Elle passe ses jours à rêver l'étendue

Elle secoue les pans de sa jupe endormie

Avec un air où l'on se l'imagine nue

A se bercer à l'ombre d'un ciel ennemi

Ma dormeuse Ma rêveuse Dors dors bien fort

Je trouverai sur les lignes de tes cheveux

Quelques amarres pour me river dans un port

Et m'installer avec toi heureux près du feu

Permets cependant que mon âme aille au lointain

Se perdre en des cieux où le calme de la mort

Donne quelque harmonie à ces tristes refrains

Qui près de moi bourdonnent à trembler mon corps

Laisse aller se perdre ma main sur ton visage

Que je recueille un brin de ce souffle endormi

Mais le clapotis des vagues sur le rivage

Mais le cri du blizzard sur la neige assoupie

Quand la lune est là par le brouillard assagie

A se languir de ce cri qui la fait souffrir

Ma nymphe dormeuse j'ai envie de partir

Je lâche tes cheveux et m'en vais sans envie.

                                              notes sur ce texte       sommaire du recueil      poème suivant