LORSQUE CHAQUE SOIR SE PERDENT LES RÊVES

Lorsque chaque soir se perdent les rêves

A ne plus savoir qu'écrire pour toi

Ton visage tout à coup se relève

Tu es là près de moi et je te crois

De mutisme ta bouche se désole

Tes grands yeux noirs se meurent dans mon coeur

Qu'emporte la nuit toutes tes paroles

Qui me font imaginer ton bonheur

Lorsque chaque soir se perdent les rêves

Et quand jamais ne me prend le sommeil

Quand je te crois quand je me hais j'en crève

De te savoir à nulle autre pareille

Belle dans ton unicité stupide

Je t'aime d'un amour que je déteste

Car il ne vaincra ma vie insipide

Que pour me contaminer à ta peste

Lorsque chaque soir se perdent les rêves

J'enrage de ne pouvoir te détruire

Tu disparais dans la brume des grèves

Sur la mer l'étoile se met à luire

Je te réclame et tu ne viens jamais

En victime tu t'offres à la mer

Pour me mettre chaque soir en colère

Seul l'étoile qui monte dans la nuit

Captive tous mes fols espoirs et puis

De son silence me vient une paix

Que chaque soir j'en oublie tous mes rêves

Lorsque chaque soir s'oublient les rêves

Je voudrais encore écrire pour toi

Le refrain pour que la brume se lève

Pour t'entendre dire je t'aime... toi.

                                                    notes sur ce texte       sommaire du recueil      poème suivant