LE REMPART D'OBERNAI UN MATIN D'HIVER

Derrière les carreaux de l'étude

Je guette un réverbère

Il a fait froid cette nuit

Tout est blanc avec mansuétude

Je suis seul dans l'étude

La nuit de ce jour nouveau

Brille de son intensité obscure

La lumière pâle du réverbère m'apitoie

Il a du faire froid cette nuit

Et pourtant on a pas éteint les lumières

Dans la rue là-bas quelqu'un passe

Il est sept heures

Le rempart se prélasse quelques instants encore

Il est si beau réchauffé de cette lumière

Toujours égale sans fin

Dans la neige et le froid

A midi elle sera toujours là

Mais plus la même

Moins belle plus sale et froide

Maintenant elle me plaît

C'est merveilleux la solitude gelée

Eclairée d'une lumière

Quand on la guette d'une fenêtre

Par-dessus un radiateur.

                                                       notes sur ce texte       sommaire du recueil      poème suivant