O si doux sont ces rivages lointains

Que berce ma mélancolie si bien

Les feuilles de l'automne je les hais

C'est la rentrée et je ne suis plus gai

Seul se profile des rêves tentants

Une liberté qui dure longtemps

Une joie qui possède à chaque fois

La douce mélancolie d'chez soi

Un travail qui me fait plus que peiner

Le regret de devoir un jour Aimer

O si doux sont ces rivages lointains

Et si rassurants ces airs incertains

Il faut partir je veux les conquérir

Je m'ennuie et bientôt je vais périr

Ma vie c'est l'aventure de demain

Une aventure où je ne saurai rien

Que de donner quelque chose de moi

Un presque rien qui n'aura pas de loi

Sera toute ma vie soit peu de chose

Cependant quand même une apothéose

O si doux sont ces rivages lointains

Vers lesquels toujours je tendrai les mains

Ma vie

Mon avenir

Il faut partir !

                                                      notes sur ce texte       sommaire du recueil      poème suivant