CONSEILS

Si jamais tu tiens à paraître sage

Pauvre ribaud peut s'en faut qu'on se rie

Des statuts qui peignent ton personnage

Apprends donc que ces préceptes de vie

Pars au lointain et regarde les mers

Si une fois un jour tu désespères

Elles te berceront loin des enfers

Pour t'éblouir du bleu de leurs lumières

Va et porte ton coeur en bandoulière

Chante et vole au grand vent de l'espérance

Et qu'éclatent les airs de ta romance

Vous ménestrels troubadours pauvres hères

Vous qui sans fin cherchez une quittance

Dites-lui de ce monde l'importance

                                                   notes sur ce texte       sommaire du recueil      poème suivant