D'ESCHATOLOGIE

Ce que j'ai ri de leur monde eschatologique

Et de leur sainte peur de la bombe atomique

Je voudrais bâtir la paix et cueillir des fleurs

Enlever ton corsage et écouter ton cœur

Ce que j'ai ri de leur monde eschatologique

Celui de ces dévotes pleines de panique

Du calcul imbécile qui dit dans cent ans

Et que bientôt on sera réduit à néant

L'avenir de ces mondes eschatologiques

Celui du curé et celui du fanatique

Du philosophe et de ces poètes maudits

J'entends sous ton sein l'air de sa mélodie

Ce que j'ai ri sur ce monde eschatologique

La mort riait plus fort que moi à mes côtés

Je t'embrasse et ta langue se prend de panique

Hein tu as peur de l'amour immortalité

Hein tu ne crois pas à notre immortalité

Je peux plus le voir ce monde eschatologique

Et cette sainte peur de la bombe atomique

La paix me soûle je voudrais cueillir des fleurs

Enlever ton corsage et écouter ton cœur

L'envie me prend de saccager les cimetières

Que les idiots n'y récitent plus leurs prières

On en fait trop pour la mort et pour la guerre

Il faut dorénavant que cessent nos misères

La misère c'est avoir trop d'espoir trop d'idées

Lutter sans jamais penser à se suicider

Vivre rêver et aimer un peu trop pour soi

Ce peu trop qui fait déraisonner ici-bas

Car au milieu de ce monde eschatologique

On a le pouvoir de brûler les fanatiques

Ceux qui croient au ciel qui renient les enfers

Ceux qui se tuent pour la paix mais qu'on ne vénère

Il faut travailler travailler comm'ça comme eux

C'est en étant réaliste qu'on est heureux

On est beau sage on est ce qu'on ne veut pas voir

Les réalités d'en face qu'on ne peut croire

Et pourtant j'entends sous ton sein battre ton cœur

Comme le mien... un bruit... fini... un air moqueur

Il vient de si loin et son chemin est si long

S'il reste en ta poitrine c'est qu'il y fait bon

C'est qu'il fait bon chez nous dedans mais pas dehors

Qu'il fait bon avec deux cœurs sur un même accord

Deux cœurs qui chantent pour toute l'humanité

Les accents retrouvés de l'immortalité.

                                                               notes sur ce texte       sommaire du recueil      poème suivant