NACHT UND NEBEL

NUIT ET BROUILLARD

On leur avait peint deux grands N dessus le dos

Beaucoup dorment encore vous savez badauds

Ces croix blanches qu'on trouve près des barbelés

Nuit et Brouillard ainsi on les a appelés

Du temple romain en face à la cheminée

Des chevaux de frises déchirent le regard

Et le cailloux des allées abandonnées

Hurle à la bise qui siffle de toutes parts

De Moussey de Belval les jeunes sont partis

Sur les camions de la Gestapo en otages

Leurs yeux scrutaient la forêt Là-bas le maquis

Mais là-haut ils les attendaient pour le carnage

Le vent n'a pas amené l'air de Viombois

Les derniers ont les emmenés dans un train

Qui partit pour Dachau Tout là-haut dans les bois

Les sapins ont fléchi sous leur poids de chagrin

Nuit et Brouillard l'hiver dans la bise affolée

Des larmes des cris d'horreur courent sur la neige

Sous la botte des bourreaux le sang s'est collé

Mais les traces sont là comme prises au piège

On dirait que la tôle est toujours rouge chaude

Que le four laissé entrouvert s'est refermé

Sur le chemin de ronde un gardien noir rôde

Et écoute la haine au feu se consumer

Le défilé hagard de ces hommes martyrs

Active le feu de leur souffle libéré

Des barbelés fondus un anneau va sortir

Pour la noce du monde et de sa liberté

Au dessus des sapins qu'ont bleuis les midis

Et plus haut encore que les sommets des Vosges

S'écoule inlassablement une mélodie

Où le monde et la paix enfin mariés logent.

                                                            notes sur ce texte       sommaire du recueil      poème suivant

le Struthof