écrit la veille de passer le bac.

comment construire un savoir global qui intègre les tabous prononcés par les pouvoirs civils et religieux et qui corresponde à la traduction des mystères ? Comment l'actualiser à partir des lois divines et des mathématiques célestes ?

 

Le malheur de ce moment là, c'était que j'ignorais qu'il y avait eu des communautés, des civilisations qui avaient vécu selon ces règles. Je ne connaissais pas l'Égypte antique, Dendérah, l'initiation dans la double maison de vie. Jeune poète, je restais seul avec ma propre initiation et les quelques poèmes d'autres poètes qui parlent de ces illuminations et de ces présences qui font jaillir en vous les mots, les mélodies, les rencontres ineffables.

 

Pour passer le bac, aucun professeur ne m'avait parlé de ce qui reste l'essentiel de ma vie... et il semble que ceci n'a guère changé depuis... sauf à trouver dorénavant d'autres professeurs sur internet.

 

Mes excuses, un professeur de français a bien tenté de nouer un contact avec moi car il avait accepté de prendre en compte le fait que j'étais poète. Une discrétion, un trop grand respect l'ont empêché de sauter le pas. J'ai appris quelques années plus tard qu'il s'était suicidé. Paix à son âme !...et que passe le temps des cigognes... un film que j'ai aimé lors des séances de ciné-club qu'il organisait au lycée....mais ceci appartient au domaine du malheur et pas à celui du bonheur, il n'y a pas eu réforme de la vie... et si vous en parlez dans une copie le jour du bac, vous êtes hors sujet !

 

                           retour sur le poème       sommaire du recueil      poème suivant