texte écrit vers 14-15 ans. J'avais dû subir quelques moments auparavant les sarcasmes et quolibets de mes camarades à qui imprudemment je venais de présenter une de mes idées.

Plus tard j'ai aussi fait mienne la phrase de Lorry : " pour celui qui écrit, il n'y a que trois solutions : le silence, l'exil ou la ruse ". Moi, à ce moment là, je voulais foncer et détruire les mentalités éhontées qui ne comprenaient rien à rien.

Une première ruse fut de me cacher sous l'image du coureur cycliste et du skieur de fond mais assez vite, j'ai reçu la dénomination de " l'intellectuel du peloton ". En ski de fond, c'est un contre la montre sur 15 km le plus souvent seul dans la forêt et là, j'avais un peu plus la paix.

Il est probable que le professeur dont j'ai parlé précédemment s'est laissé prendre à cette ruse car tous les lundis, il pouvait lire mon classement dans le journal local. Un autre professeur, grand maître en karaté et arts martiaux qui venait alors d'être le premier français à recevoir au Japon le cinquième dan, m'a traité d'être primaire pour avoir choisi de pédaler comme une brute sur un vélo... alors que le vélo est un merveilleux instrument pour rêver, ordonner sa pensée, découvrir l'environnement des autres.  Ceci pour attester que la ruse fonctionnait bien. J'ai appris dernièrement qu'il retourne régulièrement au Japon pour recevoir de nouveaux dan. Il en serait au dixième ou plus et serait le premier européen à avoir atteint ce stade.

Plus tard, de mon côté, je préférerai le tantrisme aux arts martiaux et ce sera le personnage de Laurie qui interviendra avec cette culture... mais c'est vrai, si lui n'a pas vu le poète derrière le coureur cycliste, j'ai compris que ce qu'il nous disait sur la culture asiatique, l'esprit zen, valait de s'y intéresser. C'est lui qui m'a mis sur la piste du mariage des cultures, thème central du livre " D'Éleusis à Dendérah, l'évolution interdite "... Comme quoi tout n'est bien qu'une question de piste, de traces laissées par les uns et les autres et que librement nous pouvons choisir de suivre. Il en va exactement de même sur ce site Fileane.com... qui devrait laisser pas mal de traces. C'est du moins son ambition.

                            retour sur le poème       sommaire du recueil      poème suivant