texte écrit à 19 ans. Les deux premiers vers ont servi de pseudonyme pour ma copie au concours de licence de la faculté de droit de Strasbourg en histoire des institutions et en histoire contemporaine politique et sociale, concours où j'ai obtenu un titre de lauréat... ce qui m'a permis de me couvrir quant à mes entraînements en vélo et l'hiver en ski de fond. Il n'y avait pas qu'en vélo ou en ski de fond que je pouvais ramener des médailles à la maison.

Je me suis rapidement dit que cette entrée en matière pouvait déboucher sur un poème. Bon, cela n'a pas posé problème sur la forme mais sur le fond, je n'en suis pas satisfait. J'ai compris qu'il valait mieux arrêter d'écrire ce genre de chose et passer à d'autres choses... sur le plan politique, économique et social....aller découvrir le noeud de fables de notre société industrielle et dénoncer l'imposture du pouvoir étatique et visiblement je n'ai pas été censuré mais plutôt félicité. Dans ma copie je démontrai fort justement que l'état c'est fini. Dans "D'Eleusis à Dendérah, l'évolution interdite ", le mouvement des chevaliers combattra les armes à la main les tenants du pouvoir étatique....ce n'est pas forcément le jour et la nuit avec la poésie écrite durant la prime jeunesse mais plutôt une lumière, un même soleil qui éclaire le jour et la nuit... et ici, le lecteur n'a pas besoin d'étudier les mathématiques célestes et les lois divines dans le temple de la Dame du Ciel de Dendérah pour admettre qu'un même soleil peut éclairer le jour et la nuit.

retour sur le poème       sommaire du recueil      poème suivant