LE DÉVELOPPEMENT SPIRITUEL, LA CONCILIATION DES CONTRAIRES

page entière

Extraits " D'Eleusis à Dendérah, l'évolution interdite " Première partie,  chapitre : le week-end à Baden-Baden

 

L'objet de leur entreprise consistait à favoriser le développement spirituel des membres et du public le plus fidèle, en cherchant la révélation d'instants de vie au-delà de la nature corporelle humaine. Ce développement spirituel venait compléter les autres manières de minimiser la violence individuelle et collective. Pour mieux positionner ce développement spirituel, étape clé pour maximiser la paix sociale, deux conceptions se présentent :

- la méthode de la purification : il s'agit d'extirper la violence des êtres humains ou de l'enfermer sous le poids des contraintes sociales. Cette pratique souvent empruntée s'est toujours contredite dans ses menées persécutrices et arrive à nier la personnalité des individus qui ne se plient pas à son dogme. Elle crée surtout des souffrances inutiles et des abus de pouvoir.

La méthode de la purification génère trop de violences sociales, de discriminations et d'intolérance. Elle nie la réalité de l'être vivant au nom d'un idéal impossible. Elle ne reconnaît pas la réalité de l'homme-sphinx : une tête d'homme sur un corps d'animal. Elle présente l'être humain comme une unité indissociable et parfaite à l'origine qui aurait été pervertie par quelque chose d'extérieur à lui et qui appartiendrait aux puissances du mal. Elle ne fonctionne qu'à travers l'obéissance stricte au pouvoir qui conduit cette purification et se légitime à travers elle.

- la méthode de la conciliation des contraires : l'être humain est violent mais c'est aussi un être social qui ne peut garder ses caractéristiques d'être humain sans vivre parmi d'autres êtres humains, sinon il retombe dans des façons de vivre animales. Il doit donc apprendre à minimiser sa violence pour faire partie d'un groupe humain et apprendre à gérer collectivement cette violence pour assurer la maximisation de la paix sociale. C'est un apprentissage dans l'incertain. La violence est une donnée de sa vie quotidienne qu'il gère et canalise pour trouver la satisfaction de ses besoins personnels et par là des besoins sociaux.

La méthode de la conciliation considère l'être humain comme l'association de trois dimensions :

- la dimension corporelle semblable à d'autres espèces animales et qui comprend, entre autres, l'énergie de la violence.

- la dimension intellectuelle produite par les oeuvres de son esprit et son intelligence particulière parmi les espèces vivantes, dimension qui lui procure des réponses plus ou moins policées et à haute valeur sociales selon son éducation et sa culture. C'est elle qui choisit les formes de violences pour imposer les solutions tirées de l'ordre de sa rationalité.

- la dimension spirituelle produite par le contact durant sa vie terrestre avec le mystère d'une autre vie et qui lui permet de trouver ses raisons de vivre et de mourir. Plusieurs chemins sont possibles pour poursuivre une initiation vers la révélation de la présence qui est supérieure à son esprit ainsi que pour parfaire son évolution d'être humain dans la conciliation et la communion des trois dimensions qui concourent à son existence terrestre et au dépassement de cette condition humaine. Cette dimension n'apporte pas de forces de violence. Au contraire, le dialogue de l'âme avec la présence divine dont elle est partie dans un être humain, apporte une source d'amour infinie qui donne une vision de l'existence humaine plus tolérante et pacifique.

C'est le cheminement spirituel, l'involution puis l'évolution, qui va permettre l'évacuation de la violence produite dans nos dimensions corporelle et intellectuelle. L'alliance entre le corps charnel et la parcelle divine de l'âme va éliminer la violence.

 

Le travail de minimisation ou de réorientation de l'énergie de la violence repose sur la voie de la conciliation. Leur groupe refusa la méthode de la purification.

La violence regroupe des forces qui perturbent, détruisent ou rendent impossible cette conciliation entre le corps, l'esprit et l'âme. Ces forces peuvent être physiques, elles peuvent être intellectuelles et toutes concernent en partie ou en totalité, la satisfaction des besoins physiologiques et sociaux.

En principe, les forces spirituelles ne provoquent pas de violence même si elles sont imprévisibles et irrésistibles. En général, elles remettent profondément en cause les valeurs qu'un être humain accorde à ses raisons de vivre et de mourir mais cette intervention délivre un sens qui, d'ordinaire, facilite grandement une nouvelle forme plus bénéfique de conciliation entre ses trois dimensions.

Pour arriver à approfondir ce développement spirituel, le groupe identifia trois voies empruntées ici et là par l'humanité :

* celle qui aboutit au constat de l'absurdité de la vie humaine. Le poète et la professeur de français avaient présenté les oeuvres des écrivains de cette tendance, en particulier Albert Camus. Cet absurde est parcouru par les luttes des idéologies qui tentent d'effacer cet absurde. Le héros dans cette lutte disproportionnée mais magnifique ne peut que succomber sous son destin faussé par cet absurde. Malgré ce drame, la destinée de l'homme est de lutter, toujours et malgré tout car c'est la seule manière d'affirmer quelque peu les marques de sa dignité, prétention des hommes dans le cours de leurs existences terrestres.

* celle qui prétend que la vie pour être satisfaisante doit se nourrir de sens. Un sens positif et constructif peut se rechercher et se définir dans la construction intellectuelle d'une sagesse. Sagesse toute rationnelle nourrie d'un esprit scientifique ou d'un discours philosophique plus ou moins athée. Sagesse plus mystique développée à travers le suivi d'un dogme religieux qui présente les possibilités de salut et les conditions humaines et sociales pour obtenir ce salut, ce sauvetage de notre existence terrestre dans une autre vie auprès de Dieu.

* la voie qui dit qu'il est possible de retrouver le lien entre l'âme et la présence divine. L'être humain s'éduque pour réaliser son initiation, le contact plus ou moins complet avec la dimension surnaturelle dans laquelle s'inscrit l'existence humaine. L'acquisition de cette expérience humaine, l'achèvement de cette involution, de ce cheminement spirituel, provoque ensuite l'évolution de l'être humain. A travers la poésie, ce cheminement qui mène aux illuminations puis à l'évolution, à travers les arts, l'être humain transmet cette expérience afin que le groupe y puise ses valeurs humaines et sociales à partir desquelles il élaborera ses normes de vie collective.

Le groupe écarta les deux premières voies pour situer le développement de son entreprise dans la troisième en utilisant la méthode de la conciliation des contraires. Ce développement repose sur trois domaines d'activités, chacun correspondant à une approche de l'extase et du contact extra sensoriel :

- le dépassement de soi à travers l'exercice corporel et la sublimation des sens au moyen d'images, de paysages conséquents. La nature, la mer et la montagne représentent l'environnement le plus favorable pour la pratique de cette voie. Comme Anke l'avait résumée : perception pour toutes et tous de crampons et de piolets !...Pierre n'avait pas bronché mais comme certainement Laurie, il savait que le gömchen ou le naldjorpa tibétain monte sur son promontoire de prière sans cordes ni piolet et sans chaussures d'escalade !...

- Le deuxième domaine d'activités est celle de la pratique amoureuse qu'ils avaient déjà commencée à utiliser entre eux : l'exaltation des sens dans le contexte plus intense du langage des corps est capable de nous projeter fugacement dans un stade supra corporel, une extase amoureuse sans être déjà une décorporation. La fusion charnelle à son paroxysme sexuel s'ouvre sur les prémices de la perception extrasensorielle et suggère la recherche d'un plus complet dépassement des limites charnelles. Laurie n'avait pas voulu insister pour utiliser le langage technique de l'initiée tantrique mais l'essentiel du contenu de ce programme correspondait à cette pratique. Personne ne fit de commentaires sur cette deuxième voie, pas même Sepp !

- Le troisième domaine, certainement la plus directe et efficace, tenait dans le franchissement des limites de la vie charnelle par une pratique de la créativité poétique, de la méditation et de la prière, premières étapes pour obtenir d'occasionnels moments de décorporation et surtout pour être capable de traduire les enseignements tirés de l'illumination.

Pour les clients, l'offre s'établirait principalement à partir de la deuxième voie sachant que pour les membres les plus fidèles et pour enrichir la diversité des prestations, un recours à la première voie aurait également lieu. Pierre définissait leur offre optimale comme étant celle qui dans un même laps de temps réunirait des moments appartenant à chacune des trois voies. L'avantage concurrentiel dans leur stratégie consisterait à démontrer au public qu'à partir d'un spectacle érotique un peu particulier et d'une certaine relation avec une actrice jouant le rôle le plus complet et le plus naturel de la Féminité, de surogate, de shakti ou de prêtresse égyptienne ou grecque, le public pouvait s'investir dans une démarche spirituelle progressive plus intime...( par Féminité avec un grand F et d'après Dominique qui en avait parlé, il fallait entendre celle dont Marcuse avait dit qu'elle était une des rares chances de la future nouvelle société pour retrouver la dimension de l'homme et vaincre les liens de l'aliénation avec le matérialisme capitaliste et industriel ). Le public aurait le choix de déterminer la gradation de son engagement et s'il le voulait, il pourrait aller jusqu'au bout de sa frustration ou de sa curiosité d'abord sexuelle puis extrasensorielle. Il pourrait redécouvrir une démarche amoureuse et comprendre ainsi le rapport politique entre l'amour infini qui nous appelle lorsque nous franchissons les limites de notre corps et l'amour conventionnel transcrit dans les codes sociaux des cultures humaines. Cette progression sur l'une ou l'autre voie, sur l'une puis sur la suivante constituerait l'axe principal de la fidélisation de la clientèle. La troisième voie portait non plus sur une involution mais déjà sur une évolution par le fait qu'ils auraient à se mettre d'accord sur le message tiré de l'illumination. Ils étaient bien d'accord pour dire que les deux premières années verraient la prédominance du travail sur la deuxième voie. Le groupe parvint à estimer qu'après environ cinq années de fonctionnement, l'ensemble de l'activité porterait sur la voie de l'évolution, la gestion politique économique et sociale du message mais tout cela n'était pas très clair. Pierre qui avait tenu à inscrire de suite ces perspectives, promit d'être beaucoup plus explicite un prochain week-end.

lire l'épisode 6 du roman

les 4 situations qui mènent à l'illumination

les traductions de la rencontre surnaturelle

technique de décorporation       la vie après la vie

l'extase amoureuse       Shambhala

les dessins rupestres des Andes

le plan du site     accueil