fileane.com

les formations pour le développement des réseaux

L'ORGANISATION HUMAINE DU GROUPE

LES RELATIONS ENTRE

AUTORITE - POUVOIR - COMMANDEMENT

 

page entière

 

plan détaillé :

 

I ) L'AUTORITE :

 

FREUD :

 l'être humain est parmi les espèces vivantes, le plus violent.

l'histoire du XX ème siècle démontre largement la véracité de cette affirmation.

Mais l'être humain est d'abord un être social

 

CONSEQUENCES :

 

il doit s'organiser pour minimiser sa violence et assurer sa sécurité à travers la maîtrise de ses attitudes de manière à éliminer les risques de conflits autour de lui, en étant assertif.

 

L'autorité consiste d'abord :

 - à maîtriser sa violence :

à savoir comment y parvenir, à connaître ses attitudes, à rester assertif

- puis à organiser la minimisation de la violence collective propre à un groupe. 

Chacun a une mission d'autorité à remplir dans un groupe.

 

L'organisation sociale de l'autorité, deux possibilités

 

chacun est capable de développer une bonne maîtrise de sa violence et d'arriver à la sagesse

 

 il faut une organisation de groupe pour décupler les moyens de réduire la violence et organiser le partage de nos raisons de vivre et de mourir, construire un savoir global capable d'assurer la cohésion sociale à travers une culture.

 

c'est la voie de l'idéal ; elle a été écartée car trop risquée

 

c'est la voie adoptée par l'humanité à travers les différentes sociétés

 

C'est la voie de l'anarchie :

pas besoin de police, d'armée, d'état, etc.

les individus s'éduquent les uns les autres pour obtenir la minimisation de la violence

il y a deux possibilités :

* une minorité définit les règles d'un système et les autres doivent adhérer à ce fonctionnement

* les groupes rassemblent des volontaires qui partagent un même but, une même culture, des raisons de vivre similaires et les échanges entre groupes se font au sein d'un réseau capable de marier ces cultures.

le système correspond à une volonté de rassembler des forces pour partir à la conquête d'autres peuples, d'autres richesses afin d'être en sécurité

Le réseau favorise la répartition des richesses, l'absence de dogmes culturels, l'absence de pouvoirs despotiques pour maximiser la paix sociale

notre société a été contrainte d'abandonner l'organisation en réseau pour s'organiser dans un système de pouvoir centralisé.

il faut déléguer à une minorité la charge d'organiser la minimisation de la violence et la maximisation de la paix sociale

par délégation du groupe, la minorité reçoit le pouvoir pour :

définir des règles qui vont garantir la paix sociale et fixer les tabous

veiller à actualiser constamment ces règles pour suivre l'évolution du groupe

assurer le respect des règles

 

 II ) LE POUVOIR :

 sa principale mission est de dire ce qui est favorable à la paix et au développement du groupe et d'interdire, de déclarer tabou tout ce qui risque de nuire au développement du groupe. Il doit sélectionner dans le savoir disponible ce qui est bon pour le groupe et ce qui est interdit.

dans un système :

Qui va pouvoir être délégué pour exercer l'organisation collective de l'autorité :

les plus âgés, sages, cultivés, riches ?.. . que les hommes, les femmes, les nationaux ?...

. une seule classe sociale, religieuse, militaire ?...

ou bien tous peuvent accéder à cette responsabilité ?

 

Comment la minorité va être investie de ce pouvoir :

par la force, l'argent, le suffrage universel ?

comment changer les personnes déléguées au pouvoir ?

 

Comment la minorité déléguée au pouvoir va-t-elle s'organiser ?

va-t-elle respecter sa mission et développer la paix sociale

ou va-t-elle surtout défendre ses propres intérêts et imposer les seules règles qui l'intéressent ?

 

 dans un réseau :

comment vont être définies les normes de vie du groupe, comment les actualiser sans tout remettre en cause

comment organiser le réseau et assurer le mariage des cultures

comment ne pas rester tributaire de l'élaboration d'un savoir global et concilier production de savoir avec production de richesses et de progrès social pour tous les membres du réseau ?

 

L'ELABORATION DES REGLES PAR LE POUVOIR :

 

Dire ce qui est bon pour la paix sociale :

 

* dans les comportements, les croyances, les savoirs

* les limites des espaces de vie, l'utilisation des richesses...

 

Définir les tabous :

 tout ce qui va entraîner la montée de la violence dans un groupe et qu'il faut interdire et cacher à la connaissance des autres.

Mais que faire des tabous édictés par des minorités dans le but de défendre leurs seuls intérêts ?

 

Actualiser en permanence les règles pour suivre les évolutions

 * des moeurs, mentalités, connaissances, façons de vivre

* des progrès technologiques

* des changements dans les sources de richesses

 

LES DIFFICULTES DANS L'EXERCICE DU POUVOIR

 

Définir la règle la meilleure pour assurer la paix sociale

 * rester général, aller dans tous les détails ?...

* décider rapidement, prendre du recul et attendre ?

* définir une loi cadre puis au cas par cas prendre des décrêts d'application ?

 

Peut-on changer les règles dès qu'une situation évolue ?

 

Mais le groupe va-t-il pouvoir suivre le changement fréquent des règles ? N'y a-t-il pas dans une certaine durée de la règle, le fondement d'une tranquilité et d'une sécurité publique ?

 

Face à la complexité d'assurer cette mission d'autorité, la tendance humaine ne peut-elle pas être de voir la minorité au pouvoir se renfermer sur la seule défense de ses intérêts ?

Et ce, au détriment de la délégation donnée par le groupe ?

Enfin, peut-on en même temps s'occuper à définir des règles tout en contrôlant leur application. Qu'est-ce qui est le plus difficile : voter une loi ou la faire appliquer ?


 III ) LE COMMANDEMENT:

 

Consiste à trouver la meilleure manière de faire appliquer la règle. Il y a trois styles de commandement ou de direction:

autocratique - démocratique - laisser-faire

 

Humainement,

les qualités personnelles requises pour définir une loi et l'appliquer tous les jours sont différentes.

 

Matériellement

il y a impossibilité de faire ces deux activités en même temps

 

Politiquement,

parce que des personnes sont mécontentes de la manière dont certains font appliquer une règle, faut-il immédiatement changer la règle elle-même ? Il y a un risque de trouble important. Il faut bien séparer les deux domaines et c'est plus facile si ce sont des personnes ou des organismes différents.

 

La logique veut que pouvoir et commandement soient séparés et confiés à des personnes différentes.

 

Les personnes chargées du commandement, à cause de la difficulté de la tâche, changeront plus souvent mais cela n'aura pas de conséquence néfaste sur le travail des personnes chargées de rédiger les règles.

 

POUR GARANTIR L'EXERCICE DE L'AUTORITE DANS UN GROUPE ET MAXIMISER LA PAIX SOCIALE

 

Maintenir la représentativité des personnes déléguées au pouvoir ou la vie participative dans le groupe

en favorisant le dialogue sociale et la communication interne.

 

Admettre que toute règle est destinée à être changée. L'art en ce domaine consiste à en trouver le bon moment et surtout pas trop tardivement. Le bon choix du moment dépend de la qualité de la communication interne et des capacités de négociation de chacun.

  

Analyser les questions de manière à reconnaître une difficulté liée à l'application d'une règle d'une difficulté liée à la règle elle-même pour mettre en place la méthode de résolution de problème la plus adéquate  

Eviter ou refuser qu'une seule personne ou qu'un même sous-groupe s'occupe en même temps du pouvoir et du commandement. 

S'aider avec solidarité pour exercer chacun sa part d'autorité en coopérant avec les personnes déléguées au pouvoir ou au commandement ou avec l'ensemble des membres du groupe.


 IV ) L'ORGANISATION POLITIQUE,ECONOMIQUE ET SOCIALE ET LA PLACE DE L'INDIVIDU:

 

 CONSTAT HISTORIQUE :

les minorités au pouvoir ont eu tendance à s'organiser dans un système selon deux principes:

 

1) LE PRINCIPE D'AUTORITE

 L'individu n'a de place dans le groupe que s'il se soumet aux règles définies par le pouvoir sinon il en est exclu. 

Seules les personnes parvenues au sommet de la hiérarchie peuvent discuter et changer les règles, les autres doivent s'efforcer de monter dans la hiérarchie pour espérer participer au changement des règles. En attendant, ils n'ont droit qu'à obéir.

 

2) LE PRINCIPE D'EFFICACITE : 

est né avec la société industrielle.

L'individu n'a de place dans une organisation que s'il occupe une fonction de cette organisation. Si la fonction disparaît, l'individu quitte cette organisation.

 

3) L'EVOLUTION DE LA DIMENSION HUMAINE ET POLITIQUE DU GROUPE

 Chacun de ces deux principes d'organisation d'une société peut être dirigé par l'un des trois styles de commandement :

autoritaire, démocratique, laisser-faire.

 

Durant ces vingt dernières années, la plupart des entreprises ont modifié leur style de direction :

  elles ont quitté le principe d'autorité et un style de commandement autocratique

  pour arriver au principe d'efficacité et à un style de direction démocratique.

les gouvernements ont peu ou pas modifié durant ce temps les institutions politiques nationales ( même s'ils ont mis en place les institutions européennes )

  Il reste à organiser, toujours dans un style de direction démocratique, un principe d'organisation qui mette cette fois-ci enfin l'invidu au coeur de la société et ne l'en exclut plus pour l'une ou l'autre raison. Ce sera le troisième principe... il existe en dehors d’un système de pouvoir, c’est l’alternative de l’organisation en réseau dans laquelle il n’y a pas d’exclusion : celui qui n’est plus d’accord quitte un groupe pour en fonder un autre ou en rejoindre un autre mais ces groupes peuvent et ont intérêt à poursuivre l’échange au sein d’un réseau sur la base de l’alliance des contraires cette fois-ci.

" je crois que le moment est venu de penser à nos organisations et à nos sociétés comme des communautés de coopération. Ainsi le leadership ne disparaît pas. Il reprend sa place et nous reprenons la nôtre " Henry Mintzberg

la fiche de  cette formation

  l'analyse de l'autorité dans un groupe 

la grille de Blake et Mouton et le management du groupe

le paternalisme cause de nos mauvaises relations sociales

les politiques sociales

la déclaration des droits à la vie sociale

les formations présentées sur fileane.com      

plan du site    accueil