L'initiation aux pouvoirs du monde double.

 

page entière

 

Laurie voulait déjà se décorporer et dialoguer avec tous les êtres chers qui allaient les accompagner dans leur voyage. Pierre en avait aussi envie mais il hésitait encore pour savoir définitivement s'ils devaient ou non provoquer une syncope et un blocage de la respiration. Fallait-il provoquer le départ de celui qui vit en nous pour l'accompagner et arriver enfin chez nous. Pierre supposait que les cérémonies antiques dans les grottes, dans une salle occulte froide et humide d’un temple souterrain, avaient eu pour but cette expérience de syncope provoquée par l’exposition brutale de l’initié au froid humide puis à une chaleur torride et sèche. Il n’y avait pas que des étudiants en médecine pour s’amuser à cela ! L'expérience passée de Pierre, le voyage avec Maud, le choix de Krishna et de Jésus de mourir pour accomplir jusqu'au bout leur chemin et être capable de révéler durablement le message d'amour dont ils étaient porteurs, tout démontrait que cette épreuve était incontournable et qu'ils devaient l'aborder en pleine confiance en Dieu. Laurie comprenait; elle acceptait et lui répétait son serment : elle l'avait poussé jusqu'ici et maintenant qu'il ne pouvait plus reculer, elle allait le suivre confondue en lui. Comme souvent elle aimait le faire, elle colla une oreille sur la poitrine de son amant pour écouter le rythme de son cœur. Au bout d'un moment, elle sentit comme un picotement courir sur son dos. Elle se souleva pour se retourner et se coucher sur le dos à côté de Pierre. Les yeux grands ouverts dans le ciel étoilé, il lui sembla voir des formes étranges s'animer puis s'évanouir pour réapparaître sous d'autres formes étranges parfois animales, parfois humaines et souvent monstrueuses. Pierre les voyait aussi et les formes devenaient plus nombreuses et se rapprochaient d'eux. Elles n'avaient rien à voir avec la présence des êtres chers ni avec les formes des présences qui s'enfoncent dans les ténèbres. Ni Pierre ni Laurie n'arrivaient à ressentir une quelconque possibilité de communication avec ces formes troublantes. Ils n'avaient pas peur mais cherchaient à donner un sens à ces manifestations extraordinaires. Pierre s'enhardit pour livrer une réponse :

 

- souviens-toi d'Héraclite, il les appelait les démons de la nature qui remplissent le vide tout autour de nous. Ce sont des présences imparfaites destinées aux éléments qui ne possèdent pas la vie animale ou humaine. Paracelse a dit plus tard au XVIème siècle, qu'ils étaient attirés par notre rayonnement magnétique. Lorsque la passion brûle dans l'homme, qu'elle soit bonne ou mauvaise et le plus souvent, elle est mauvaise, la modification de notre champ magnétique les attire. Ils s'y électrisent et sont capables de prendre toutes les formes imaginables. Actuellement, ces présences sentent que nous sommes prêts à partir et probablement, cherchent-elles à se coller à nous pour accéder à une dimension pour elles également plus heureuse... où alors sont-elles envieuses du bonheur qui nous est promis. Nous pourrions les utiliser pour faire de la magie avec les éléments et faire peur à nos amis mais cette nuit, elles nous embêtent et je crois que tu as raison... belle, douce et aimante Laurie, préparons nous au voyage sans l'aide de Maud, sans l'aide de notre vieux maître à la poitrine transpercée par la flèche ou la lance mais soyons en forme. Reposons nous d'abord. Dormons, nous avons encore du temps devant nous !

- je n'ai pas sommeil. Pierre, à chaque fois, tu savais ce qu'il fallait faire. Tu avais tout imaginé, tout déduit de ce qu'il était possible de faire en plus de ce que tu venais de vivre au cours de ta dernière rencontre, de ta dernière expérience extrasensorielle. J'ai compris ton cheminement depuis ta première décorporation lorsque tu écrivis ce poème dans la salle d'études de ton internat vers onze–douze ans. Cette nuit, tu dois savoir ce qui va se passer car, à chaque fois, ce qui se passe, c'est la réalisation de ce tu demandes... de ce que nous demandons. Tout nous est donné, il suffit de le demander. Oui, mais le plus dur, c'est de pouvoir imaginer de telles demandes, d'oser les formuler.

- non, une fois une première expérience accomplie, ce n'est pas difficile. C'est plutôt logique. Une fois la demande réfléchie, il faut attendre le jour et l'heure et là, il n'y a aucune certitude. Il faut toujours être prêt.

- comme dans les évangiles : la parabole des vierges sages et des vierges folles ?  

- oui

- j'ai compris ce qui va se passer lors de la célébration des mystères d'Éleusis mais pourquoi aller à Dendérah dans la partie enfouie de la double maison de vie ? Nous n'allons pas y apprendre les mathématiques célestes et les lois divines ? Je ne suis pas très bonne en maths...

- J'hésite. Je crois qu'il faut y aller mais j'ignore si réellement c'est le bon endroit.

- pourquoi ?

- c'est pas compliqué mais comment te dire ? Commençons par le premier problème que nous allons rencontrer, une fois achevée la célébration des mystères d'Éleusis. Avec Claudine et Romain, tous les quatre, nous disposerons de pouvoirs dans le monde double pour pénétrer dans des lieux fermés, ouvrir des portes, agir comme je l'ai fait dans la salle informatique protégée par une cage de Faraday. Problème : si nous restons ensemble, jamais nous ne serons sûrs de qui fait quoi et nous n'allons pas passer notre temps à nous courir les uns après les autres dans nos corps dématérialisés. Le doute s'emparerait de nous jusqu'à nous priver de nos pouvoirs. Nous ne pourrions pas en survivre. Il n'est pas question d'imposer à Romain et Claudine de s'exiler aux États-Unis ou ailleurs car le problème restera entier : qui agira dans notre mouvement ? Nos adversaires, Romain ou Claudine ou moi ou toi, Laurie ? Qui croire encore ? Agir en bande tous les quatre ? C'est ridicule, un seul suffit. Non, je préfère suivre l'exemple de l'organisation de l'Égypte antique. Un grand prêtre possède le chemin de l'initiation au monde supérieur et transmet ce savoir à celui qui deviendra pharaon. L'ancien grand prêtre va surveiller l'initiation aux mondes supérieur et double du nouveau grand prêtre. Ce dernier est assuré qu'en cas de problème, l'ancien grand prêtre viendra le sauver. Ensuite, c'est au tour du futur pharaon de descendre dans le monde double et de négocier avec l'envoyé des Ténèbres. Le nouveau grand prêtre veille sur sa traversée des souterrains de la double maison de vie. Une fois ces pouvoirs obtenus, il est sacré pharaon. A ce moment là, la trinité humaine est momentanément reformée jusqu'au décès de l'ancien grand prêtre. Comme le grand prêtre, à la sortie de la plus haute initiation dans le labyrinthe souterrain de la double maison de vie, le pharaon renaît à la vie, à une vie nouvelle réunie dorénavant aux mondes supérieur et double, à une vie organisée dans le cadre d’une nouvelle alliance avec Dieu. Cette renaissance se distingue du simple retour dans notre corps charnel à la suite d'une décorporation, même lorsque l'on a traversé le puits de lumière. Souviens-toi, lors du retour de notre première transfiguration, nous n'avons pas eu à choisir.

- je comprends. Nous nous sommes retrouvés près du Mont-Blanc et nous avons été obligés d'utiliser les pouvoirs supérieurs pour regagner la clinique à Paris. Si nous nous étions trouvés à côté de nos corps, jamais nous n'aurions pu expérimenter ces pouvoirs pour nous transporter de la sorte. Mais avant de rejoindre Dendérah, Pierre, emmène moi visiter la grande pyramide de Khéops ! C’est sur notre chemin ! Retrouver l’initiation qu’ont eu Bonaparte et Kléber pourrait nous suffire, non ?

- ben justement non ! Dendérah est de loin bien antérieur aux pyramides, il y a un écart de plus deux mille ans au moins. Certes Khéops est intervenu à un moment où toutes ces constructions durent être réparées et il y apposa sa signature. Il restaura la maison de vie et le temple de Dendérah mais s’est-il occupé de réparer la double maison de vie enfouie sous les sables ? Je ne crois pas. Le rite initiatique ancestral avait été perdu et il n’était plus possible d’assurer l’initiation des grands prêtres et des pharaons avec la certitude qu’en état de décorporation, ils retrouvent la manière de descendre seul sous terre pour rejoindre dans cette double maison de vie l’envoyé des ténèbres et sceller avec lui le pacte leur conférant l’utilisation des forces destructrices du monde double alors que leur corps charnel reposait dans le saint des saint, enroulé dans la peau de taureau qui avait servi à sauver Horus lors du dernier grand cataclysme, du dernier basculement de l’axe de la terre sur un nouveau centre de gravité. Il a donc fallu créer un lieu de remplacement et dont la construction représenterait également une réparation pour la faute commise lors de la perte des enseignements initiatiques originaux transmis par les survivants du grand cataclysme. La pyramide est le signe de la foi in renversable de l’humanité envers Dieu. Son sommet marque le point de passage entre l’homme et Dieu : à chaque seconde un être humain meurt, quitte l’humanité pour monter à travers les cieux traverser le puits de lumière et se présenter devant le Verbe. Ceci, Laurie, nous l’avons vécu, nous avons cette foi. La pyramide a pour mission de survivre au prochain grand cataclysme. A la prochaine apocalypse, lorsque la terre basculera sur son axe pour éliminer les forces de rétrocession qu’elle a enmaganisées dans sa navigation céleste et retrouver un nouveau centre de gravité, il suffira de lire l’écart entre le nouveau nord et le coin de la pyramide positionné sur l’ancien nord pour connaître l’amplitude du basculement de l’axe de la terre et notre nouveau positionnement par rapport au zodiaque. Entre temps, la pyramide regroupe des salles d’initiation capables de conserver le corps charnel lorsque l’initié, en décorporation, se rend dans les mondes supérieur et double. C’est le temple et le lieu de l’initiation la plus haute qui remplace la double maison de vie perdue sous les sables du désert. Il est certain que des initiés en état de décorporation peuvent laisser leur corps charnel dans les salles de la pyramide lors d’un grand cataclysme pour agir avec les pouvoirs du monde supérieur afin de conduire leurs frères humains vers une nouvelle terre, pour les conduire à travers les périls de ce bouleversement de la croûte terrestre et les sauver.

 La pyramide est le témoignage d’un enseignement initiatique sur le déclin mais qui ne doit pas se perdre. Visible par les peuples, elle attire les gens vers elle et leur propose en son sein des lieux de haute initiation spirituelle sans qu’il soit dorénavant obligatoire d’y pénétrer en état de décorporation et avec la possession des pouvoirs du monde supérieur. Notre initiation, Laurie, consiste à restaurer cette pratique originelle. C’est ce qu’à fait Jésus : il est d’abord monté au ciel et ensuite il est descendu sous terre. Nous avons acquis les pouvoirs du monde supérieur, nous sommes d’abord passés par notre transfiguration. Pour le moment nous sommes dans la bonne trace, sur un chemin connu par les survivants du dernier grand cataclysme. Oh ! Il nous manque bien quelque chose. Nous n’avons pas prévu de revenir de notre initiation avec une lecture actualisée de l’apocalypse. C’était à l’époque la marque de la plus haute initiation : l’initié savait répondre à cette question fondamentale capable de jeter quiconque dans l’athéisme le plus virulent : pourquoi, si Dieu existe, permet-il que lors du basculement de la Terre sur son axe, un déluge sur l’ensemble du globe vienne menacer d’extinction la vie sur Terre et provoque la mort de millions et de million de morts ? Où se trouve l’amour, la justice de Dieu dans ce grand cataclysme ? La connaissance des lois divines et des mathématiques célestes apporte une réponse mais il en faut plus pour calmer les esprits et renouer une confiance envers Dieu. La nouvelle alliance passe par la célébration de la communion avec le Christ qui vit en nous et nous sauve de la mort de quelque manière qu’elle advienne, y compris lors d’une apocalypse. Celui qui a déjà ressuscité à la vie éternelle durant sa vie terrestre, celui qui a connu l’illumination du monde supérieur, celui qui est réellement d’outre-tombe est prêt au départ de son âme et de son esprit quelle que soit la fin tragique de son corps charnel. Chaque être humain, en utilisant la première source de savoir qui vit en lui, peut arriver à percevoir cette vie d’après la vie humaine et ne pas craindre de périr lors d’un grand cataclysme. Laurie, nous n’avons pas besoin de nous arrêter aux pyramides. Le lieu qui a gardé trace des mystères liés à l’apocalypse, c’est Dendérah et le temple de la Dame du Ciel, de la mère des survivants. Comme Pythagore, Moïse, Jésus, l’empereur Auguste, Jean, Pacôme et tant d’autres, nous devons aller à Dendérah et chercher à pénétrer dans la double maison de vie pour imposer notre pacte à l’envoyé des ténèbres. Avec les pouvoirs destructeurs du monde double, nous pourrons affronter et vaincre nos ennemis et assurer la survie de notre mouvement. Nous initierons Romain et Claudine, comme cela si l’un de nous deux vient à être tué dans les combats, nous serons immédiatement remplacés.

- tu fais peu cas de notre vie humaine.

- souviens-toi de la bataille de Qadesh, Ramsès II fut laissé au milieu des ennemis. Les siens battaient retraite. Ils perdaient un pharaon initié mais un autre pharaon initié les attendaient pour reprendre le combat. Seulement Ramsès se souvint de son initiation et il appela à son secours les puissances des mondes supérieur et double qui lui donnèrent plus que la force d’un lion blessé pour rompre l’encerclement, rejoindre son camp et les ramener à la victoire. Se sacrifier pour sauver un initié n’est pas de mise. Souviens-toi, ce fut également la règle pour les chevaliers templiers. Personne ne devait se restreindre pour payer leur rançon. L’important est que le processus d’initiation à ces puissances des mondes supérieur et double ne s’arrête pas, ne soit pas perdu. Pour nous, le plus important reste l’acquisition des puissances destructrices du monde double, le pouvoir de faire tomber le ciel sur la tête de nos adversaires comme au temps des druides celtes.

- tu es persuadé que nous les obtiendrons ?

- lorsque j'ai eu cette expérience de syncope à côté de poêle à mazout, la distance était de deux mètres au plus. Ce voyage de retour dans mon corps a été instantané. Je n'en ai plus aucun souvenir et ce transport sur deux mètres n'a aucun intérêt mais celui qui nous a ramené à Paris, même si nous n'avons aucun souvenir des paysages survolés, lui a un intérêt. Nous en connaissons le point de départ et le point d'arrivée ainsi que la distance géographique qui sépare ces deux endroits. Cette renaissance avec la perception de pouvoir utiliser l'ensemble des pouvoirs des mondes supérieur et double, les initiés l'ont appelé : résurrection. Nous vivons dans notre corps charnel comme si nous étions déjà au ciel, avec quasiment les mêmes pouvoirs. Le grand prêtre et le pharaon sont des ressuscités mais pour éviter d'empiéter sur les travaux spirituels de l'autre et garder toute confiance en ce que chacun fait, ils doivent sceller un pacte en observant une stricte répartition des pouvoirs. Le pharaon a pour mission d'utiliser les pouvoirs du monde double en faveur de son peuple et de tout être humain qui lui en fera demande. Il travaille surtout sur le deuxième niveau en organisant et protégeant les communautés humaines qui traduisent les mystères en savoir sacré sur lequel viendront s'édifier les règles de vie de la société. Jamais il n'ira empiéter sur les travaux du grand prêtre dans le monde supérieur et jamais le grand prêtre ne s'arrogera le droit de prendre des pouvoirs dans le monde double. C'est un pacte sacré, le serment le plus élevé que peuvent prononcer deux être humains. C'est le gage de la prospérité et du rayonnement de tout un peuple, de toute une civilisation. Ce serment était perdu depuis des milliers d'années. Celui qui parvenait à obtenir le savoir du grand prêtre avait accès au monde supérieur mais il semble que l'accès au monde double soit resté perdu car seul le pharaon y descendait et l’un d’entre eux a du périr avant d’avoir pu transmettre à son successeur le rite initiatique de ce qui se passe pour obtenir la maîtrise des forces du monde double. Cet accès suppose l'existence d'un couple d'initié qui ont été ensemble ou séparément dans le monde supérieur. Aller dans le monde supérieur, chaque être vivant y est destiné. Par contre, aller dans le monde double pour revenir dans sa vie humaine, ce n’est guère possible : celui qui va dans le monde double à sa mort n’y reste pas longtemps avant que l’envoyé des ténèbres ne le prenne pour l’emporter. Jusqu’à un certain stade, l’initié avec les pouvoirs du monde supérieur peut récupérer l’initié plus ou moins entré dans le monde double mais après il ne peut plus rien. L’histoire nous dit que quelques grands maîtres spirituels après avoir monté au ciel sont descendus visités les enfers et ont pu s’en libérer pour revenir à la vie humaine avec des pouvoirs nouveaux. Laurie, nous avons eu la chance de nous trouver. Nous avons reformé ce couple qui organise la production du sacré à travers l'humanité. Pendant deux mille ans, la doctrine chrétienne a rejeté l'idée de ce couple pour prôner l'existence que d'une seule personne fils de dieu d’un Jésus qui n’avait eu besoin d’aucune initiation, d’aucun rite pour obtenir les pouvoirs des mondes supérieur et double puisqu’il était le fils unique de Dieu. Elle a accepté la séparation du temporel et du spirituel moyennant la reconnaissance par les rois de la primauté du pouvoir temporel de la papauté. Le christianisme est devenu religion, religion qui commence et finit lorsque des prêtres, dans chaque camp ennemi, bénissent des gens pour les envoyer s'entre-tuer au profit des minorités au pouvoir. Elle n'a pas réussi à renverser les seigneurs de guerre car la papauté avait perdu les pouvoirs du monde double et au vu de l'histoire, nous pouvons raisonnablement nous demander si elle a jamais eu quelques pouvoirs du monde supérieur. Aucune transmission d'un savoir particulier ne se fait d'un pape à l'autre. Chacun est censé avoir trouvé Dieu mais il reste seul et seul, il est impossible de rester longtemps au travail dans le monde double. Tôt ou tard, on s'y trouve piégé et il faut une aide humaine pour s'en sortir. Le grand prêtre et le pharaon furent à égalité sur le plan spirituel. A l'origine, ils recevaient le même de gré d'initiation et ils devaient vivre une même évolution parmi les autres. Il n'y avait pas de séparation entre le temporel et le spirituel mais influence du spirituel sur le temporel, conciliation entre les deux, transposition des deux premiers contrats dans le contrat social et sociétal. Dans l'Égypte antique, il est probable que ce couple rassembla deux personnes provenant de chaque partie du pays. Le grand prêtre restait près de Thèbes et de Dendérah, le lieu des premières initiations. Le pharaon résidait plus au nord, vers le delta du Nil, là où la population fut la plus nombreuse. Lorsque cette double initiation a été perdue du fait de l'arrivée d'envahisseurs étrangers dans le delta et sur le trône de pharaon, il resta une solution : supprimer cette dualité humaine et ce couple d'initiés pour ne garder que le grand prêtre, que ses pouvoirs du monde supérieur. Il organisa alors un peuple nouveau dans lequel Dieu prendrait la place de pharaon, dans lequel aucun être humain ne personnaliserait plus le pouvoir suprême. C'est ce que comprit et réalisa Moïse. Ce fut le but de la république de Gamala au temps de Jésus : placer Dieu seul au pouvoir. Laurie, nous avons déjà discuté du fait que Jésus désobéit à Abraham et Moïse. Je ne tiens pas à critiquer ce que fit Jésus. Il a achevé et dépassé l’œuvre de Moïse mais les pères de l'Église n'y ont pas compris grand chose. Comment serait-ce d'ailleurs possible sans travailler dans le monde supérieur et dans le monde double ?

- quelle est la différence entre la résurrection d'un grand prêtre ou d'un pharaon et la résurrection de Jésus ?

- tu comprends vite, c'est bien. Lors du décès de l'un d'eux, il n'était pas question que celui-ci utilise ses pouvoirs supérieurs pour revenir se mêler des affaires des humains. Il avait été remplacé par un nouvel initié et le défunt n'avait pas à venir l'embêter. Par contre, le défunt comme toute autre personne décédée, peut agir dans le monde double au profit de ses proches qui parcourent encore l'existence humaine.

- Comme Svetlana a choisi de le faire en attendant Jasko ?

- oui. Pour faciliter ce travail et retrouver plus facilement ses proches sur terre, l'âme qui s'est fondue dans la présence éternelle au ciel, doit récupérer l'image du visage humain de la personne décédée dont les proches souhaitent l'intervention

- d'où le rite funéraire du masque mortuaire et de la momification.

- pour le masque funéraire, tu as raison. Si comme c’est le cas pour les pharaons, il est en or, il est réalisé dans un matériau inaltérable. L'âme pourra retrouver ce visage pendant des milliers d'années et intervenir ainsi dans le monde double au profit des vivants. Il est vrai que le masque funéraire peut exister sans momification du corps mais tant qu'à faire, autant réunir les deux dans une tombe qui prend l'allure d'une pièce du monde double, comme dans la partie enfouie de la double maison de vie. Pourtant, la momification peut avoir une autre signification davantage reliée à l'histoire du peuple des suivants d'Horus, à l'histoire des survivants du grand cataclysme et des descendants des hommes bleus venus de l'étoile de la Mérica. La momification permet de préserver les traces de la vie, ce que notre science a découvert à travers l'ADN. A partir d'ici, le mystère reprend ses droits.

- tu veux dire que ce rite de la momification chez ce peuple permettrait de retrouver les traces de leurs ancêtres, les hommes au sang bleu, la preuve de l'existence chez eux d'une part de vie venue de la planète bleue ? ...pour le jour où d'autres arrivants d'autres planètes viendraient sur terre ?

- à moins que tout simplement, elle permette de prouver que le masque funéraire correspond bien à un être humain. D'autres peuples de l'antiquité ont momifié leurs défunts et tous parlaient de pouvoirs surnaturels, connaissaient l'existence du monde double. De ce monde que certains pères de l'église, plus ignares que les autres car ils avaient brûlé les manuscrits antiques, décrivirent comme l'enfer.

- et la résurrection de Jésus ?

- il a désobéi à Abraham, nous dit Saint Luc. Abraham connaissait la résurrection car il vécut alors que les descendants d'Horus s'étaient déjà établis à partir de la seule boucle du Nil. Il a eu raison, la résurrection de Jésus n'a pas suffit à convertir rapidement et aisément les peuples de la terre. Pourtant, cette nuit, je prends le parti de Jésus. A son époque, il n'est plus question de restaurer l'organisation de l'Égypte antique et de remettre en place le couple d'initiés que forment le grand prêtre et le pharaon. Mais ceci ne signifie pas qu'il faille abandonner la plus haute initiation aux pouvoirs des mondes supérieur et double. La question consiste à savoir si une seule personne peut réaliser cette initiation sans l'aide d'un autre initié.

- c'est un peu notre situation.

- c'est tout à fait notre situation ! Nous serons deux mais si nous échouons dans le labyrinthe souterrain, personne ne viendra nous aider.

- Sommes-nous réellement obligés d'aller dans ce labyrinthe ?

- oui et non. Oui, car c'est un lieu traditionnel de rencontre avec l'envoyé des ténèbres. En principe, nous sommes sûrs de le trouver là. Comme nos corps ne sont pas menacés de mort, ce n'est pas en restant près d'eux que nous le verrons venir. Nous devrons aller le chercher. Non, car nous avons déjà réussi notre transfiguration et nous détenons les pouvoirs du monde supérieur. Oh, cela nous a pris du temps. Probablement plus que le temps réservé à l'instruction d'un futur initié dans ce temple. Les prêtres lui communiquaient ce qu'ils devaient trouver : la décorporation, le voyage à travers le puits de lumière, la rencontre avec le Verbe. Ceci devait suffire à transformer la vie d'un simple initié en lui permettant de créer son dialogue de l'âme pour l'âme et lui donner ses raisons de vivre et de mourir. Pour l'initiation des grands prêtres et des pharaons, l'éducation allait plus loin et portait sur la maîtrise des pouvoirs des mondes supérieurs et doubles. Ainsi, l'initié préparé à la plus haute initiation, dès la première rencontre surnaturelle savait que faire, que demander, comment justifier sa prière, comment démontrer sa foi. Parcourir toutes ces étapes en même temps prenait tout de même un certain temps et le séjour dans les souterrains de la double maison de vie avait de quoi briser un corps charnel sans la découverte à un moment donné des pouvoirs supérieurs. Je pense que dans la grotte de la clue ou ici sur cette crête, nous pouvons nouer le pacte avec l'envoyé des ténèbres afin de recevoir l'utilisation des pouvoirs du monde double mais à Dendérah, nous pouvons avec ces pouvoirs, demander les conseils des initiés qui les ont déjà utilisés.

- je ne suis pas convaincue par cette histoire de labyrinthe !

- d’accord… d’accord Laurie ! Alors je vais plus loin, beaucoup plus loin dans ce que je peux te dire. Le labyrinthe outre le fait que ce soit un endroit humide et froid dans lequel un séjour plutôt long prépare nos bronches à la dilatation lors de la rencontre de ses bronches avec subitement de l’air brûlant puis à la syncope qui provoque la décorporation, ce labyrinthe est aussi le signe que la recherche initiatique se fait par la personne elle-même sans aide extérieure.

- Ah bon, je pourrais disposer de quelqu’un qui viendrait m’aider et je n’aurais pas à entrer dans ce labyrinthe ?

-  Oui… mais nous en avons encore davantage perdu la trace de cette voie. Cette aide a existé au temps des dieux, des demi-dieux, des géants… enfin au temps où les êtres humains appelaient ainsi celles et ceux qui faisaient partie du groupe des êtres vivants venus d’autres planètes et qui avaient créé une nouvelle forme d’êtres humains plus adaptée à la vie sur terre. Je ne vais pas te raconter une fois de plus l’histoire de Tiahuanaco, celle des légendes des Andes, celle des légendes de la naissance de la civilisation de l’Égypte antique. Ces êtres venus d’ailleurs devaient vivre en haute altitude et ils atteignaient des âges qui pour les êtres humains d’alors étaient comparables à l’immortalité… sauf qu’ils ont disparu un jour… La race des géants qu’ils avaient créée a construite des monuments qui nous étonnent toujours. L’archéologie et les textes grecs ou égyptiens indiquent deux foyers où les survivants du dernier grand cataclysme s’établirent : les Andes à près de 4 000 mètres d’altitude et l’Himalaya avec ses hauts plateaux voisins. La légende égyptienne indique que les survivants accostèrent sur les rivages du Maroc puis ils traversèrent ce qui n’était pas encore un désert pour se réfugier sur les hauts-plateaux d’Iran et de ces régions au pied de l’Himalaya. Plus tard, lorsque les conditions de vie s’améliorèrent et que la probabilité d’un autre grand cataclysme se fut éloigné, ils descendirent sur les bords des grands fleuves, sur ceux de l’Euphrate puis sur ceux du Nil. Il y avait toujours avec eux des géants alors que les dieux étaient soit partis soit vivaient dans une région donnée comme le mont Olympe avant de disparaître à leur tour. La Bible parle de géants. En France, à Stenay, après la prise de la ville par le duc Charles III de Lorraine en 1593 et la paix qu’il signa avec Henri IV, des travaux permirent de découvrir dans l’enclos de la citadelle, les cryptes et les souterrains construits par Thierry Ier, fils de Clovis, en 533 et dans lesquels se trouvait le tombeau de Saint Dagobert, assassiné en décembre 679. A côté des corps des rois mérovingiens d’Austrasie, se trouvait également un tombeau dont la taille démesurée et la taille des os se rapportent au corps d’un géant. Laissons ces histoires de traces des dieux et de géants ! Ils ont représenté le lien avec des êtres venus d’ailleurs dont les pouvoirs sur les êtres humains d’origine terrestre pouvaient s’identifier à ceux d’un créateur. Par leur médecine et leur connaissance scientifique, ils avaient donné aux terriens une nouvelle dimension existentielle même s’ils n’avaient transmis à tous l’ensemble de leur savoir. Pour accéder au monde supérieur, il suffisait alors à un terrien instruit de prier les dieux ou l’un(e) d’entre eux. Ces êtres appelés et vénérés comme des dieux allaient bien entendu continuer à s’occuper du sort des terriens qu’ils avaient transformés en leur révélant une autre vie et des connaissances prodigieuses. Laurie, adolescent, j’ai vécu l’expérience de quelques prières réussies et grâce à ces interventions, la vie de proches pour qui j’intercédais s’est améliorée au moins quelques années. Cela marche et c’est même la première étape d’un cheminement spirituel. Lorsque le souvenir de ces dieux reste encore proche, que la preuve de leur présence sur terre se voit dans les quelques géants qui survivent encore par ci par là, il vaut mieux prier les dieux pour qu’ils intercèdent pour nous et nous aident à les rejoindre !

- mais que viens faire alors ton Jésus ? Les chrétiens sont pour l’abolition du culte des dieux !

- Oui, avant d'en venir à notre situation, terminons notre approche de celle de Jésus. Jésus poursuit l’œuvre de Moïse, il dit même qu’il vient l’achever ! Des égyptologues nous disent aujourd’hui que les hébreux seraient ces partisans d’Akhenaton qui après le décès de ce pharaon, n’auraient pas accepter le retour à une religion fondée sur le culte des dieux et voulaient poursuivre l’avènement d’une religion monothéiste. Chassés d’Égypte, Moïse les a conduits dans une nouvelle région, la Palestine actuelle.

- Je ne comprends pas ce que viens faire les dieux avec le monothéisme !

- Ce n’est pas compliqué, c’est une suite logique ! C’est la seule possibilité pour restaurer une démarche spirituelle capable d’aider l’humanité à progresser sur sa route terrestre.

- Ah bon, c’est la seule possibilité, tu en es sûr ?

- C’est notre démarche, Laurie ! Nous ne pouvons plus nous aider des dieux. Il y en a eu tellement d’inventés, d’interdits et puis le temps a passé et leur souvenir s’est perdu. Ce ne sont pas les histoires actuelles d'extraterrestres, d'ovni, les histoires liées à Rosswell, aux implants inexplicables posés par les extraterrestres dans le corps humain, qui vont simplifier la question.  Mais dans la démarche des fondateurs du monothéisme, il y a aussi une autre dimension toujours actuelle. Bon, cela a pu paraître simple et pratique de faire intercéder ces êtres venus d’ailleurs et qui ont façonné une nouvelle humanité. C’était une manière de les rappeler à leurs responsabilités. Comme ils étaient capable d’intervenir sur la biologie de l’être humain, autant momifier les corps pour leur permettre, le jour de leur retour sur terre, d’utiliser les cellules de la momie pour redonner la vie à d’autres. Il est évident qu’avec un masque funéraire en or inaltérable, les chances de savoir exactement à qui on a affaire sont bien meilleures. Indiquer par un rite mortuaire que l’on possède des traces biologique provenant de ce groupe d’êtres venus d’ailleurs, est loin d’être inutile, bien au contraire. Mais il y a un grand défaut dans cette vision de nos relations avec les mystères de la vie. Dis-moi, Laurie, lequel ?

-  J’en vois un : nous dépendons étroitement du bon vouloir de ces dieux lorsqu’ils sont présents sur terre sinon nous n’avons plus qu’à attendre leur retour… en momifiant notre corps lors de notre mort mais c’est guère enthousiasmant comme perspective !

- exact et c’est là qu’intervient la révolution spirituelle du monothéisme ! Un terrien initié comme nous autres, Laurie, aujourd’hui comme à l’époque de la présence de ces êtres venus d’ailleurs et de leurs descendants, va vivre exactement ce que nous avons vécu lors de nos passages dans le monde supérieur, y compris la transfiguration. Lorsque lors de ma troisième décorporation, j’ai du revenir sur terre, les présences chargées de mon retour ont eu la consigne stricte de bien veiller à ce que je retourne sur terre… et que je n’en profite pas pour aller me balader ailleurs parmi d’autres êtres vivants. Ces fameux dieux descendus sur terre ont été logés à la même enseigne : par leur savoir et leur technologies ils ont pu venir sur la planète terre mais une fois qu’ils sont morts, ils ont suivis le même chemin, traverser le même puits de lumière. Alors nous n’avons plus besoin de ces dieux, nous pouvons comme nous allons le faire à nouveau Laurie, aller directement au pays de chez nous tous, terriens ou vivants d’autres mondes. Nous n’avons plus besoin de dépendre de rites dévoués à ces dieux qui finalement peuvent peu pour nous par rapport à ce que nous pouvons trouver en allant nous-mêmes dans le monde supérieur. C’est cela la révolution monothéiste : même si nous avons été manipulés par des êtres venus d’ailleurs, nous avons accès exactement comme eux au monde supérieur et cette voie est de loin préférable à l’ancienne. Nous poursuivons l’œuvre de Moïse et de Jésus et nous travaillons pour révéler cette voie, cette bonne nouvelle, à celles et ceux qui sont encore empêtrés dans ces histoires de dieux souvent cruelles car récupérées par les dirigeants de nos systèmes de pouvoir bien entendu plus proches de ces dieux que nous autres ! La résurrection de Jésus a ainsi une signification toute particulière : il est certain que des dieux se sont arrangés pour aider des initiés, des maîtres spirituels, des prophètes à quitter la terre pour finir leur existence ailleurs avant d’aller aussi un jour affronter la traversée du puits de lumière pour accéder à la vie d’après la mort. Montés sur des chars de feux, disparaissant dans des nuées à la blancheur immaculée, ils ont pris le chemin du ciel. Bon ! C’est très bien pour eux et leurs proches n’ont pas eu à les enterrer ou à les incinérer ! Bon ! Pourquoi alors ressusciter Laurie ?

- Je comprends… L’aide ultime des dieux réside dans cet enlèvement pour nous permettre de vivre dans un autre espace-temps. Kepler a été un des premiers à calculer mathématiquement ce phénomène de l’allongement de la vie lorsqu’on s’éloigne de la terre en parcourant le cosmos. C’est une manière d’accéder à un prolongement de la vie en voyageant avec les vaisseaux de ces êtres venus d’ailleurs. En plus, ils peuvent intervenir sur notre biologie et prolonger également notre vie humaine. Ce sont de bonnes raisons de croire dans les ces dieux et de rêver ou de prier pour leur retour.

- Oui mais alors que vient faire la résurrection de Jésus ?

- Cette résurrection vient démontrer que la voie du monothéisme n’est pas secondaire. Pas besoin d’attendre l’intervention des dieux pour espérer mieux vivre ou franchir la mort. Nous pouvons y arriver sans eux. La résurrection est la preuve que l’alliance nouvelle et directe avec le monde supérieur nous donne la vie d’après la vie humaine et que si nous arrivons au terme de notre évolution spirituelle, nous pouvons avoir accès aux puissances des mondes supérieur et double pour vaincre la mort. Ces puissances peuvent rétablir la vie dans notre corps charnel et nous n’avons pas besoin de l’intervention du savoir des êtres venus d’ailleurs. Nous puisons la vie à sa source même. Il suffit par commencer par créer notre dialogue de l’âme avec l’âme. Tout est en nous. C’est celui qui vit en nous et que nous appelons le Christ qui nous permet de vaincre la mort pour ressusciter à la vie d’après la vie humaine.

-  C’est très bien Laurie, tu es prête pour Dendérah. Nous pouvons ajouter que l’enseignement de Jésus nous libère aussi du couple grand prêtre-pharaon. Si le couple grand prêtre-pharaon n'est plus à restaurer, alors la résurrection d'un initié après sa mort devient possible car il ne va plus embêter quiconque. Mieux même, cette résurrection devient possible pour tout être humain qui veut s'investir de cette mission et travailler pour la multiplication des cheminements spirituels allant jusqu'à une évolution humaine la plus proche de Dieu. Le cheminement reste le même qu'à l'époque des pharaons. Seulement, Jésus nous montre une approche plus humaine, accessible à tout en chacun sans l'aide d'une éducation dans un temple sacré et le respect des rites religieux en vigueur. Il y a l'étape primordiale de la transfiguration qui nous donne accès aux pouvoirs du monde supérieur puis il y a l'étape de l'acquisition des pouvoirs du monde double. L’instauration du monothéisme a été la première révolution spirituelle. La résurrection de Jésus représente la deuxième révolution spirituelle mais je crois qu’un être humain ne peut pas aller plus loin dans la découverte des mystères de la vie. Nous pouvons trouver une complémentarité entre une aide demandée aux êtres venus d’ailleurs et l’aide demandée au Christ qui vit en nous mais après ? Je préfère me contenter de tout ceci, ce n’est tout de même pas rien pour accéder à la vie d’après la vie humaine ! Et d’ailleurs cela nous suffit largement !

- lors de la mort de Maud, nos corps étaient considérés comme décédés par les médecins et nous avons du intervenir pour que par maladresse, ils ne détruisent pas tous liens entre eux et nos esprits fusionnés avec nos âmes. Nous étions devant le fait accompli et obligés d'utiliser nos nouveaux pouvoirs pour nous sortir de cette situation. Tu veux dire que nous pourrions faire la même chose, une fois nos corps réellement décédés ?

- Explique-toi Laurie, cela veut dire quoi ? Qu'est-ce qui est le plus important : le fait que nous quittions notre corps, certes très mal en point, mais en sachant que nous allons y retourner même nos fonctions vitales arrêtées ou le fait que les autres, constatant l'arrêt de ces fonctions vitales, déclarent que nos corps sont morts. Admettons la deuxième situation. Claudine et Romain ont-ils constaté une seule différence entre nos corps dématérialisés et nos corps charnels ? Relis les témoignages de ces officiers anglais qui les premiers s'aventurèrent en Inde et au Népal. Le gourou laissait son corps charnel inanimé devant le village pour le protéger contre les tigres tandis que dans son corps dématérialisé, il allait aider d'autres villages chez qui il mangeait, dormait, vivait comme s'il était dans son corps charnel. Il y a d'autres témoignages de ce genre mais ce qui dérange les gens c'est ceci. Tant qu'il s'agit d'acte volontaire de bi location ou d'autre chose, passe encore mais dès que cela contrarie la volonté de quelques-uns uns, alors ce devrait être inadmissible, incroyable. Le gourou peut laisser son corps inanimé au soleil pendant quelques semaines devant le village. En principe, il devrait médicalement être mort. On l'aurait simplement attaché sur une roue pour un supplice, ce serait pareil. Pourtant le gourou reprend son corps dès que la menace a disparu. Maintenant dans le cas où des gens mettraient à mort quelqu'un, cette personne ne pourrait plus ressusciter, reprendre son corps charnel et aller ailleurs ? Oui, dans ce cas, il y a quelque chose de choquant : non pas le fait de la résurrection mais surtout le fait que la mise à mort n'ait servi à rien, que le pouvoir soit démuni de toute ressource pour empêcher celui qui fut condamné à mort de revivre et de parler. En quelque sorte, qu'il n'y ait rien pour contrer un initié et le réduire au néant. Certes, on le met à mort mais il ressuscite puis il monte tout seul au ciel avec un corps dont on ne sait plus bien lequel. Qui des assassins ou de l'initié ressuscité détient le pouvoir de vivre et de sauver sa vie ? C’est une formidable provocation menée à la face des despotes et des criminels de tout poil !

- la réponse est simple.

- mais il reste une question. Après la destruction de Jérusalem, les chrétiens pouvaient pratiquer une approche particulière de la mort et de la résurrection, une approche des pouvoirs des mondes supérieurs et doubles, à travers la célébration des mystères d'Éleusis et ils s'y rendaient en grand nombre au point que le pouvoir papal à Rome en prit ombrage et interdit ces cérémonies. Nous n'allons pas discuter le fait que la légende atteste que cette cérémonie a été apportée à Éleusis, près d'Athènes, par des initiés sortis des temples les plus sacrés d'Égypte et donc de Dendérah. La question essentielle porte sur ceci : en quoi cette interdiction peut-elle se justifier si ce n'est pas une simple question de jalousie entre deux centres spirituels ou religieux ? Pour être plus précis, disons entre un centre spirituel comme Éleusis et un centre qui à Rome dérive déjà pour conforter une religion ?

- que veux-tu dire ?

- nous pouvons admettre que, comme au temps des pharaons, il soit préférable qu'il n'y ait qu'un seul et unique être humain qui détienne les pouvoirs d'un monde autre que terrestre. Ceci pour une question de clarté, de sécurité, de confiance et tout simplement de bon fonctionnement de la démarche d'évolution. Jésus doit-il rester pour nous le premier et le dernier ressuscité ? Cette prodigieuse et innovatrice démarche spirituelle doit-elle rester unique ? Faut-il l'interdire à d'autres ? Tout ceci pour garantir aux autres que celui qui agit pour nous sauver à l'heure de notre mort est bien ce fils de Dieu, est bien Jésus ? Il est incontestable que si prions Jésus, il ne peut que venir à notre secours en utilisant les pouvoirs des mondes supérieur et double sinon sa démarche spirituelle tomberait dans l'absurde et encore plus sa résurrection. Donc, pour fonder non plus un mouvement spirituel mais une véritable religion, les décideurs de cette religion ont préféré fonder un dogme sur le caractère unique et non reproductible de la vie de Jésus. Ce fils de Dieu a ainsi été élevé au rang de Christ-roi et ce faisant, les pères de l'église ne se sont pas écartés de ce qu'a voulu réaliser Moïse dans la Bible ou les membres nazaréens des premières communautés chrétiennes qui avaient défendu avec les zélotes la république de Gamala. L'empereur Constantin se rangea à cette idée qui avait pour lui le mérite de simplifier grandement l'organisation politique et sa liaison avec celle de la religion chrétienne en lui assurant une garantie vitale : plus d'autres initiés ne parcourraient ce cheminement spirituel pour soulever les foules et les organiser en communautés ferventes au service de la paix et de la fraternité humaine. Communautés capables de bouleverser l'organisation politique, économique et sociale d'une puissance aussi imposante que celle de l'empire romain. En clair, cet empereur à compris qu’il devait intégrer dans le système politique de l’empire romain, la démarche spirituelle chrétienne afin que celle-ci ne donne pas lieu au développement d’une organisation de communautés spirituelles en réseaux capable d’apporter des réponses politiques, économiques et sociales différentes.

- c'est l'histoire du concile de Nicée et de la remise en ordre des communautés chrétiennes pour assurer l'essor de la religion chrétienne sous la direction des papes.

- laissons maintenant cela. Notre cheminement spirituel ne nous porte pas vers la fondation d'une nouvelle religion.

- plutôt vers un retour de la religion chrétienne à ses origines, à ses premières communautés qui allaient aux célébrations des mystères d'Éleusis.

- oui. Cette nuit, notre interrogation porte sur cette présence qui vit en nous et dirige notre âme. Les pouvoirs supérieurs ne nous sont donnés que pour des buts précis, tous tournés vers une aide apportée aux autres. Ce sont des preuves de l'amour divin, de l'amour absolu. Pour les obtenir, il y a un passage obligé.

- notre esprit ne fusionne pas simplement avec notre âme en dehors de notre enveloppe charnelle mais ensemble, ils sont habités par la présence divine. Ils forment une nouvelle trinité.

- tu as tout compris, Laurie. Cette présence divine possédant les pouvoirs supérieurs et qui s'incarne en nous porte un nom.

- le Christ.

- oui. Donc ce Christ nous permet de ressusciter. La dernière question à nous poser consiste à savoir si la résurrection d'un condamné à mort est possible alors que le constat médical ou fait par des bourreaux parle bien de la mort du corps charnel.

- Bon nombre d'auteurs et de chercheurs, d'historiens disent que Jésus n'a peut-être pas été réellement mort sur la croix, qu'il en a été descendu juste à temps pour que des médecines lui permettent de survivre. Le fait d'être crucifié à la veille de Pâques, entraîna selon les règles juives, son enlèvement de la croix avant le début de la fête pascale. D'autres considérations du même niveau peuvent apporter des éléments venant abonder dans ce sens, principalement l’histoire de son frère jumeau jaloux.

- nous pouvons aussi retenir des évangiles, le fait qu'il ait sombré dans un évanouissement avant de revenir à lui et de prononcer ses dernières paroles : tout est accompli, tout est consommé. Ceci peut très bien signifier qu'il a achevé son travail, que tout est prêt pour sa résurrection.

- tu vas un peu vite.

- Excuse-moi. Ne me prends pas pour un obsédé mais tu connais ma démarche. Après une rencontre, j'ai souvent besoin d'années et d'années pour prendre du recul avec elle, pour pouvoir tout analyser à froid. C'est facile car les moments de ces rencontres ne s'effacent pas. Ils sont gravés d'une manière indélébile dans ma mémoire et j'irais presque jusqu'à dire, dans mon âme. Lorsque j'ai rencontré la première fois l'envoyé des ténèbres, c'est parce que j'ai eu peur de devoir le suivre comme son prisonnier pour disparaître dans cet univers de ténèbres, que j'ai appelé celui vit en moi pour qu'il vienne à mon secours. C'est lui qui a agit avec ses pouvoirs supérieurs pour que je revienne dans mon corps et puisse me relever, quitter ma chambre. Le lendemain, le médecin a bien expliqué à sa manière ce qui s'était passé : la chance que j'avais eue d'avoir ces brûlures qui ont entraîné un choc nerveux suffisamment fort pour me tirer de ma syncope et de mon début d'asphyxie. Mais, à ce moment là, je ne sentais pas mon corps. Je le voyais et au fur et à mesure de mon attente, je savais qu'il allait mourir, que je ne pouvais pas très longtemps rester à côté de lui surtout une fois qu'il serait réellement mort. Oh ! Je n'ai pas eu à me questionner longtemps. L'envoyé des ténèbres est venu à ma rencontre. C'est ici le point crucial que je ne sais pas expliquer. Il s'est approché de moi lentement et à travers la cloison de ma chambre, je l'ai vu s'avancer dans le couloir. Son approche avait un sens clair et terrifiant. Il me disait que si je ne me décidais pas à me sauver, il allait m'emporter. La question capitale est celle-ci : la vitesse de son approche était-elle synchronisée avec celle de mon asphyxie ? Attendait-il que la mort de mon corps soit irréversible et complète pour me prendre ? Je sais que cette attente, fut douloureuse et interminable. Mais cette douleur provoquée par ma stupeur, par le fait de ne rien comprendre à ce qui allait se passer, était tout de même moins forte que celle que j'avais vécue à onze-douze ans lors de ma première décorporation, lorsque j'ai subi cette déchirure extrêmement brutale d'avec ma voix. J'aurais bien pu appeler plus tôt au secours et regagner plus rapidement mon corps. La progression de l'envoyé des ténèbres s'est faite à son rythme. La vitesse suffisamment lente me permettait d'avoir un délai suffisant pour réfléchir une dernière fois. Cette progression n'avait rien à voir avec l'état de mon corps. C'était comme s'il était déjà perdu. L’envoyé des ténèbres ne s’intéressait pas à mon corps. J’étais perdu en dehors de mon enveloppe charnelle et c’était tout ce qui comptait à cet instant là. Ma perdition n’allait pas durer longtemps. Il me laissait un répit pour m’en sortir en avançant ainsi sans précipitation aucune mais tout était clair, s’il parvenait à me saisir, c’en était fini de moi. Je n'étais pas du tout prêt à franchir le puits de lumière. Je n'avais pas songé à rechercher autour de moi la présence des être chers et celui qui vit en moi l'a compris de suite si bien qu'il n'y avait qu'une seule solution réalisable : revenir dans mon corps charnel. Je n'ai même pas eu le temps de présenter une objection à celui qui vit en moi : lui dire que ce n'était peut-être plus possible, qu'il fallait d'abord voir si mon corps pouvait encore revenir à la vie. Il n'avait pas besoin de cette information. Ses pouvoirs n'étaient pas limités par le fait que mon corps soit ou non encore en vie.

- mais si ton corps justement n'avait plus été en vie ?

- aurait-il pu m'emmener traverser malgré tout le puits de lumière ? Aurait-il du m'abandonner à l'envoyé des ténèbres. Cette possibilité est impensable tellement elle est absurde. J'ai une réponse. Lors de la rencontre suivante et de mon accident de montagne, j'ai traversé de suite le puits de lumière et je ne suis plus resté en état d'hébétude et stupéfait à côté de mon corps. J'ai été très heureux d'arriver chez nous mais le Verbe est revenu me chercher au bout d'un moment et il a ordonné aux présences qui m'entouraient de m'aider à revenir sur terre dans mon corps. Dans ma chambre, je n'aurais pas été abandonné à l'envoyé des ténèbres. Du moment que j'ai manifesté ma foi en appelant celui qui vit en moi, il ne pouvait pas briser ce lien d'amour. Pour moi, la réponse est claire : même si mon corps était déjà mort, grâce à ses pouvoirs supérieurs, je revenais dans mon corps pour me relever. Il m'est impossible d'imaginer une autre possibilité.

- tu me dis donc que l'utilisation des pouvoirs supérieurs par le Christ qui vit en nous n'est pas limitée par le fait que notre corps charnel soit déjà mort.

- pour moi, c'est ce qui est le plus vrai par rapport à ce que j'ai vécu lors de ces rencontres.

- tu crois que cela va se reproduire la prochaine fois que ton corps va mourir... si nos adversaires te mettent à mort ?

- non

- alors que comptes tu faire ?

- nous avons le temps d'organiser tout cela, comme Jésus a eu certainement le temps de préparer cette incarnation du Christ en lui au point de ne plus faire qu'un avec lui pour franchir la mort et demander ce privilège de pouvoir réapparaître dans son corps charnel après sa mise à mort.

- comment faire ? En allant à Dendérah ?

- peut-être. En tout cas en nouant un pacte avec l'envoyé des ténèbres afin d'être libre d'utiliser les pouvoirs du monde double, afin de pouvoir descendre aux enfers selon la terminologie qu'emploi la religion chrétienne.

- Pourquoi ?

- as-tu donc fini de comprendre ? Cherche, Laurie, la réponse est simple et logique. Pourquoi Jésus, moi ou quelqu'un d'autre recevrait l'autorisation de ressusciter ? Pourquoi jusqu'ici, avons nous eu le droit d'utiliser nos pouvoirs supérieurs ?

- pour faire le bien autour de nous, pour témoigner de l'amour divin et nourrir nos amours humains à cette source inépuisable. Oui, je comprends. Nous aurions l'autorisation de revenir à la vie après la mort de notre corps que si notre demande d'amour pour les autres le justifie ?

- oui. Quelles demandent aurais-je à formuler ?

- après les combats, beaucoup d'entre nous, bon nombre de nos chevaliers seront morts ainsi que bon nombre de nos adversaires. Une belle preuve d'amour de ta part serait d'aller sonder le monde des ténèbres pour les rechercher et les aider à traverser le puits de lumière qu'ils soient nos amis ou nos anciens adversaires. Tu crois que Jésus l'a fait pour les morts de la sédition des zélotes et ceux qui ont été tués pour avoir défendu la république de Gamala ? C'est possible. En tout cas, cela justifierait une telle demande. Mais après ?

- rester dans le monde humain ne sert plus à rien. Au contraire, il faut libérer la place afin de voir de nouveaux initiés aller jusqu'au bout de leur spiritualité. Après, il s'agit d'agir dans le monde double ou depuis le monde supérieur mais la notion du temps disparaît. Nous sommes retournés dans les mystères et je pense qu'il faut arrêter là notre questionnement.

- en clair, quel est le pacte que tu veux nouer à Dendérah avec l'envoyé des ténèbres ?

- ce pacte porte sur deux points : obtenir pour nous deux l'autorisation d'utiliser les puissances du monde double, les pouvoirs destructeurs pour contrer nos adversaires, du moins en partie, de manière à les mettre en face de la révélation des pouvoirs surnaturels. Ainsi, ils auront l'occasion indéniable de se remettre en cause, de réfléchir sur l'origine des phénomènes surnaturels qu'ils vont vivre à leurs dépens. S'ils comprennent, ils pourront changer leurs mentalités et venir nous rejoindre. Sinon, nous n'aurons pas le pouvoir de tous les exterminer mais les pouvoirs que nous aurons utilisés auront été suffisants pour que ne soit pas écrasé notre mouvement. Demain, il pourra lui aussi bouleverser l'organisation actuelle du pouvoir et permettre à l'humanité de réaliser quelques pas en avant dans le sens du progrès. Les membres de notre mouvement, en peu de temps, ont fait un travail formidable. Le centre de vie de Gérard a bouleversé l'organisation locale : les adhérents n'ont plus déclaré de revenus imposables, ils ont demandé la suppression des prestations sociales des administrations publiques. Les écoles se sont vidées, les employeurs ont vu partir leurs meilleurs salariés et pourtant, cette région est devenue plus riche et les gens plus heureux grâce à une qualité de vie en net progrès. Les commerces ont perdu bon nombre de leurs clients et personne n'a souffert de la faim. Au contraire, les repas de fête n'ont jamais été aussi nombreux et joyeux. Tout ceci ne peut pas s'arrêter à cause d'un ordre politique, à cause de la peur d'un comptable du Trésor qui constate que ses caisses se vident et la menace de quelques gendarmes ou soldats. Nous allons défendre nos compagnons avec les pouvoirs les plus destructeurs que l'esprit humain n'arrivera jamais à égaler. C'est à notre tour d'entrer en jeu.

- le deuxième point ?

- lors de ma mise à mort, le but sera d’obtenir l'autorisation d'aller sauver ceux qui après leur mort dans les combats, se seront perdus dans les ténèbres et pour preuve de ce succès, faire en sorte que l'envoyé des ténèbres me laisse en paix pour pouvoir revenir à la vie lorsque tout sera accompli.

- et si cela ne marche pas comme tu le prévois ?

- il n'y a qu'une seule possibilité que cela ne marche pas : s'il n'y a pas de combats, si nous ne sommes pas attaqués et que nos adversaires ne cherchent pas à nous détruire, s'ils acceptent la fin de leur système politique, économique et social et laisse libre notre mouvement dans sa transformation de la vie. Mais là, je crois que nous rêvons et que ce rêve ne trouvera pas de sitôt un partage dans une réalité. Dormons maintenant, nos corps vont devoir supporter une certaine dépense d'énergie physique. Un repos s'impose.

- Pierre, sois beaucoup plus clair. Si je te comprends, à travers la célébration des mystères d'Éleusis, nous utilisons surtout les pouvoirs du monde supérieur pour répandre le bien autour des participants, les éveiller à la foi et leur faciliter la rencontre avec celui qui vit en eux. A Dendérah, tu veux chercher les pouvoirs du monde double, les pouvoirs destructeurs pour frapper nos adversaires, les pouvoirs de tuer? Mais Dieu a dit : tu ne tueras point.

- je ne veux tuer personne, seulement montrer des pouvoirs terrifiants pour faire peur, semer le désarroi afin de provoquer des chocs dans les mentalités de nos adversaires. Je crois que ces pouvoirs nous permettrons de faire chez nos adversaires, vivre la mort horrible au combat puis de les remettre en vie comme si rien ne s'était passé. Si ces adversaires se font tuer par les armes de nos chevaliers, c'est autre chose. La seule possibilité de les sauver...  

- mais je devrai tuer des gens comme toi tu sembles si bien t'en accommoder... Pierre, tu es la contradiction même ! Tu sais encore ce que tu racontes ?

- Ne doutes pas de moi, Laurie sinon il nous faudra toute cette nuit, la journée de demain et la nuit prochaine pour répondre à toutes ces questions. C'est pourtant dans l'aube, à la fin de cette nuit, que nous partons pour Dendérah ! Bon, je t'explique : Moïse a introduit ce commandement reçu de Dieu : tu ne tueras point. Bon ! Cette interdiction qui est une des valeurs fondatrices du monothéisme a deux significations... au moins pour moi ! La première : les religions fondées sur le culte des dieux et de ces êtres venus d'ailleurs ont intégré les massacres et les tueries. Les dieux n'ont pas réussi du premier coup leurs interventions biologiques sur les terriens. Ils ont provoqué le développement de races portant des tares ou des monstruosités. Certains géants n'avaient qu'un oeil, etc... Eux-mêmes ont du intervenir sur terre pour anéantir ces créatures mal faites. Mais ils n'ont pas pu massacrer leurs créatures jusqu'à ne conserver qu'une seule race, la plus achevée. Ces dieux ont du se rendre cruels, assoiffés du sang de leurs travaux loupés. Il traîne toujours dans l'humanité cette tentation d'épurer les races pour achever ce que les dieux n'ont pas pu réaliser avant leur départ ou leur mort sur terre. Les plus grands génocides du 20ème siècle trouvent toujours racines dans cette doctrine de l'épuration des races. Le monothéisme s'oppose à cette doctrine et combat cette pratique des tueries justifiées par les vainqueurs à l'aide de cette doctrine voire à l'aide des légendes rapportant les massacres commis par ces dieux venus d'ailleurs. En rejetant le recours aux dieux, le monothéisme rejette le crime et professe que tout être humain en qui vit le Christ, que tout être humain qui sait ou ignore encore comment établir un dialogue de l'âme avec l'âme,  a droit au respect de sa vie humaine. Il y a une deuxième raison qui justifie ce commandement : tu ne tueras point, oh ce n'est pas parce que l'on fait du mal à quelqu'un ! Le corps ne souffre pas une fois que l'esprit et l'âme en sont séparés. Non, l'autre n'a rien à voir ici. Ce n'est pas parce que mort assassiné il va pouvoir se venger en nous interdisant l'accès au monde supérieur le moment de notre propre mort charnelle. Non ! Lorsque nous tuons, nous nous exposons à ne plus pouvoir franchir le puits de lumière : les présences aimantes qui viennent nous aider et qui sont indispensables pour atteindre la vitesse de traversée du puits et la sortie au sommet du puits, ces présences ne viendront plus parce que nous avons tué. Interdire de tuer ce n'est pas seulement interdire de faire du mal à quelqu'un, c'est se protéger soi même pour pouvoir franchir le puits de lumière, pour ne pas briser l'alliance avec celui qui vit en nous et est le même que celui qui vit dans celui que l'on tue. Tu vois Laurie, il n'est pas nécessaire d'attendre que Dieu nous commande de ne pas tuer et d'aller au sommet du Sinaï pour instaurer cette règle. Pour un initié qui développe un mouvement spirituel monothéiste, un simple raisonnement suffit !

- d'accord mais alors tu veux toujours tuer des adversaires de notre mouvement ? C'est sérieux ?

- Très sérieux, Laurie. C'est probablement le sujet le plus sérieux qu'il nous soit donné de vivre sur terre. Admets que nous soyons pacifistes et gentils au point de ne pas nous opposer à nos adversaires qui pillent la planète, maltraitent les gens et veulent nous éliminer pour continuer leurs profits horribles. Il est évident que nous serons éliminés. Certains, pour adoucir leur soumission à ces despotes, se souviendront de notre sacrifice pour la plus grande gloire d'une humanité pacifiée et respectueuse de la dignité de chaque être humain mais les despotes seront toujours aux commandes de leurs systèmes de pouvoirs. Il faut bien les empêcher d'agir voire de les éliminer dans les combats qu'ils nous imposeront. Mais comment les tuer sans perdre nous mêmes l'accès au monde supérieur ? En tuant leurs corps charnels de terriens mais aussi en sauvant leurs âmes jusqu'au point d'aller les chercher parmi les ténèbres pour les remonter au ciel. Et une fois que cette mission est accomplie, il faut bien entendu que l'initié(e) revienne sur terre pour annoncer à ses proches que tout est accompli et que leur mouvement peut se développer, qu'à chaque fois qu'il sera nécessaire, ils pourront éliminer ainsi leurs adversaires. Il n'y a pas là instauration d'un droit exceptionnel de tuer, l'essentiel est de sauver l'âme et non pas le corps. Sauver l'âme n'est pas tuer. La question revient toujours au même point : Jésus a remis en pratique cette démarche initiatique qui cimente et achève le mouvement spirituel monothéiste mais faut-il aujourd'hui s'en remettre uniquement à lui pour qu'il s'occupe depuis le monde supérieur du sort des âmes de ceux que nous tuons ? C'est ce que le système de pouvoir religieux de l'église nous ordonne. Bien entendu, à ce stade plus personne ne reviendra des mondes supérieur et double pour dire que tout est accompli et que toutes les âmes ont été sauvées. La doctrine de l'église transforme le Christ en un dieu antique, certes le seul et unique dieu puisque les autres sont interdits, ou plutôt en fils de dieu mais déjà, il faut s'arrêter ici car dans tout ce méli mélo de savoirs spirituels, l'église démontre qu'elle n'a rien compris à l'approche des mystères de la vie et que ces dogmes sont bancals. Oui, comme avec les dieux antiques, Jésus, le seul Christ, est le seul que nous devons prier pour qu'il intercède à nos demandes et sauve les âmes de nos proches... mais après, silence radio ! Non, Laurie, en allant à Dendérah, nous suivons à nouveau le cheminement de Jésus et je ne demanderai rien de plus à l'envoyé des Ténèbres qu'à récupérer les âmes des victimes des combats que nous aurons gagnés grâce aux pouvoirs des mondes supérieur et double. Bon , je vais en rester là car nous sommes en mesure maintenant de mieux comprendre le mystère de l'Apocalypse lorsque le basculement de la terre sur son axe provoque l'extermination d'une grande partie de l'humanité sans que cela soit en contradiction avec l'alliance établie entre dieu et les êtres humains : toutes les âmes seront sorties des ténèbres mais probablement toutes n'iront pas directement dans le monde supérieur... il se passera quelque chose avant que toutes soient sauvées ! Mais nous n'allons pas discuter de cela avec l'envoyé des Ténèbres... sinon nous ne ressortirons plus de la double maison de vie de Dendérah et nous avons une mission bien plus importante à remplir !

- Je sais ! Je sais !... mais tout ceci passe par ta mort : tu dois mourir pour avoir tué et pour pouvoir sauver les âmes des victimes des combats. Il te faut donc ces pouvoirs du monde double en plus de ceux du monde supérieur.

- pour le chemin d'Éleusis à Dendérah, tu as tout compris. Éleusis reste une cérémonie sommaire. Il s'agit de faire peur aux participants en leur montrant des fantômes, des phénomènes terrifiants mais que la magie est capable de quasiment reproduire. En dernier, cette célébration a pu recourir à un rite fondé sur des évocations symboliques : l'histoire de Perséphone, Déméter, Éros et des autres. Les participants étudiaient alors ces symboles et cette légende et cela pouvait suffire pour les faire réfléchir sur le sens d'une démarche spirituelle. Nous irons d'abord à Dendérah pour obtenir de l'envoyé des ténèbres les forces du monde double et lorsque nous célébrerons les mystères d'Éleusis, nous le referons comme lorsqu'ils étaient célébrés à l'origine à Dendérah avant d'arriver dans cette tranquille baie grecque proche d'Athènes. Les combats sont proches et inévitables vu la supériorité criminelle affichée par nos adversaires et nos chevaliers seront préparés pour combattre avec l'aide des puissances supérieures et des forces du monde double comme les troupes d'élite des plus anciens pharaons, comme les troupes d'élite des communautés celtes dirigées par les druides qui avaient reçu cette double initiation apportée chez eux par d'autres survivants du grand cataclysme venus de ce peuple au sang bleu. L'aspect spectaculaire que nous donnerons à ces combats n'est pas le plus important. Pourtant la leçon sera rude pour nos adversaires. Avec nos pouvoirs, nous ferons peu de cas de leurs armements technologiques. Leurs missiles disparaîtront dans les écrans de flammes que nous allons déployer et nous pénétrerons au cœur de leurs salles de commandement. C'est possible, c'est à notre portée. Réintroduire l'utilisation des ces pouvoirs constitue plus qu'une révolution. C'est un changement total de civilisation, la mise au pas du matérialisme scientifique et l'affirmation de la suprématie de la place de l'être humain dans l'organisation sociale. Ce chemin a déjà vécu. Il s'est peut-être perdu mais à coup sûr, il a été interdit et maintenu dans les tabous par des gens qui refusèrent toute démarche spirituelle pour préférer la course à l'argent, au pouvoir matériel en dominant les autres et en les exploitant. Comme Jésus, nous allons désobéir... mais pas uniquement à Abraham !

- et que se passera-t-il pour moi après ton départ ?

- ne t'inquiète pas, tu es assez grande pour te débrouiller toute seule. Tu devras poursuivre l'initiation de Romain et Claudine. Quant à la résurrection, vous déciderez librement de ce que voulez réaliser. Elle est tout de même la preuve humaine que le travail d'évolution spirituelle triomphe de la mort, que le partage ne finit pas à la mort, qu'il continue dans le monde double et plus encore dans le monde supérieur. A la place de l'organisation d'un pouvoir religieux comme d'un pouvoir étatique, la résurrection affirme l'organisation d'une initiation spirituelle possible pour tous. Elle est la restauration d'une nouvelle alliance avec Dieu, une alliance ne passant plus par des intermédiaires comme le grand prêtre ou le pharaon mais passant directement par le Christ vivant en nous et dans lequel nous pouvons nous incarner. C'est l'alliance des fils de Dieu avec le Père. C’est l’œuvre magnifique de Jésus. Elle témoigne de la restauration de l'autorité spirituelle dans toute communauté qui entreprend le travail sur les trois niveaux pour produire le sacré. Dors maintenant...

 

Laurie comprenait que Pierre n’avait pas tout dit, il lui restait une hésitation. En shakti toute dévouée, Laurie le pressa pour qu’il se confie.

- j’ai un doute, c’est vrai. Les pouvoirs du monde double nous permettent de tuer. Les pharaons prenaient la responsabilité de tuer des gens. Les mobiles de ces actes n’ont rien à voir ici. Ils prenaient sur eux la culpabilité de ces crimes pour innocenter leurs subordonnés. Certes, à leur mort, les pharaons étaient obligés de descendre dans les ténèbres pour chercher les âmes des personnes proches d’eux tout comme des personnes qu’ils avaient fait périr. Isis, la mère des survivants les prenaient par la main pour les conduire dans ce voyage au-delà de la mort charnelle. Mais ensuite les vivants n’avaient plus aucune certitude. Le pharaon était-il resté dans les ténèbres prisonnier de ces crimes ? Était-il remonté au ciel avec les âmes et les personnalités qu’il avait cherchées dans les ténèbres ? Le grand prêtre qui n’accompagnait pas le pharaon défunt lors de ce voyage ne pouvait pas présenter une réponse certaine. Ceci appartenait au mystère. La seule chose que les humains pouvaient faire pour aider encore le pharaon défunt, c’est de préserver son corps et de recouvrir son visage d’un masque funéraire inaltérable, en or massif. Si le besoin s’en faisait sentir, le pharaon défunt quel que soit le temps passé dans les ténèbres pouvait revenir auprès de son corps charnel pour retrouver trace de son identité humaine et s’en servir pour conforter son entreprise de sauvetage des défunts perdus dans les ténèbres. Ce n’est qu’au prix de ce succès qu’il pouvait ensuite se présenter devant le Verbe et rentrer dans sa demeure d’éternité. C’est le prix à payer pour avoir eu le droit à disposer des pouvoirs de tuer appartenant au monde double. Construire la tombe de pharaon revenait ainsi à s’aménager sa propre assurance contre le monde des ténèbres. Mais ce rite avait quelque chose d’inachevé. Moïse, Josué, nous dit la Bible, pratiquèrent un autre rite pour monter directement au ciel. Était-ce pour chercher les pouvoirs supérieurs avant de descendre dans les ténèbres et avant de ressusciter ? Rien semble-t-il ne le dit. Jésus a donc pris le parti d’achever ce rite pour donner la certitude aux gens de son entourage qu’il avait bien endossé la responsabilité d’un chef de guerre qui dispose des pouvoirs des mondes supérieurs et doubles. Il n’a pas eu la reconnaissance du caractère politique de sa démarche et il fut condamné comme le chef d’une bande de voleurs, pratique courante menée par des dirigeants qui refusent de reconnaître ainsi l’existence d’un contre-pouvoir, d’adversaires légitimes à traiter selon les lois de la guerre. Après être descendu dans les ténèbres, il remonta au ciel puis sa mission accomplie vis à vis des défunts, il utilisa les pouvoirs du monde supérieur pour réapparaître dans son corps charnel à ses proches. Il pouvait le faire car ni à Jérusalem ni en Égypte, à Dendérah ou ailleurs, il n’y avait un autre initié pharaon muni de ces pouvoirs surnaturels et que son action aurait pu compromettre. C’est en cela que la résurrection de Jésus  représente une formidable provocation, une victoire inespérée, l’achèvement de l’œuvre entreprise des milliers d’années auparavant dans la double maison de vie de Dendérah. Mais aujourd'hui, nous ne connaissons pas d'initiés arrivés à ce stade et avec lesquels nous entrerions en interférences. Tous obéissent à l'interdiction des religions  d'emprunter la voie initiatique ou vivent dans l'oubli de leurs métamorphoses. Nous pouvons désobéir et y aller !

 

Laurie se taisait et sa tristesse se manifestait ouvertement. Elle ne supporta pas le silence de Pierre.

- j’ai compris…je ne peux pas accepter cela et je refuse d’aller à Dendérah. Ce que tu me demandes est impossible. Je ne veux pas te perdre surtout comme cela… je suis prête à accepter l’idée qu’un jour Dan ne revienne pas d’une mission. Ma main est prête à saisir le télégramme de l’armée américaine. Cela je l’accepte mais pas ce que tu veux faire… c’est trop me demander. Je ne suis pas capable de nier demain notre amour, de ne pas pleurer et d’accepter ta disparition en manifestant de la joie et du bonheur. C’est trop ! J’ai compris que parce que tu m’as initiée ainsi que Claudine et Romain, tu ne vas pas ressusciter comme Jésus mais tu vas refaire le voyage des pharaons. Oh ! Nous serons probablement dispensés de te couler un masque funéraire en or massif tant nous sommes certains que tu achèveras parfaitement bien ce voyage. Quel mal peux-tu nous faire en revenant nous voir ? Tu n’as pas à obéir à un quelconque humain, ni à Abraham, ni à Moïse ou à Jésus…reviens et repars moins de quarante jours après si tu y tiens ! Sois cohérent avec toi-même. A l’époque des pharaons, les moyens de communication étaient très limités et ils se sont peut-être organisés comme tu le dis mais aujourd’hui, c’est différent ! Même si nous sommes quatre initiés ou plus et que toi, tu es revenu des morts, nous pouvons rester en contact et savoir toujours ce que font les autres. Nous avons nos intranets, c’est bien toi qui les a voulus ? Non ? Nous travaillerons ensemble comme avant, avec nos méthodes de management, la grille de Blake et Mouton. Il n’y a aucun problème. Notre expérience n’est pas seulement une simple redite du passé. Nous irons plus loin ! Nous avons les moyens de vivre parmi des centaines et des milliers d’initiés comme nous. Tes histoires de pharaons ne tiennent plus debout ! A moins que …

- quoi Laurie ?

- cette Isis avec qui tu as rendez-vous à Dendérah ? C’est avec elle que tu veux rester ? Tu veux en finir avec cet exil sur terre, toi le poète déchu du ciel, l’humain ravalé au rang de loup des steppes. Oui, tu auras fini ta mission, tu pourras aller revoir le Verbe, lui montrer que tu as droit à la clé de ton paradis et tu rentreras chez toi ! C’est purement égoïste ! Il n’y a pas un soupçon d’amour là-dedans ! C’est une provocation, oui ! Mais une provocation à l’amour humain, à l’amour entre un homme et une femme, à notre amour ! Les gens comme toi ne devraient pas se marier ou aimer quelqu’un d’autre !

 

Laurie s’écroula en sanglots. Son amant tendrement la consola jusqu’à s’endormir de fatigue. Laurie avait probablement raison sur le fait qu’il était possible maintenant à des centaines d’initiés de vivre ensemble sans se marcher sur les pieds. Il ne fallait pas nier les progrès des moyens de communication, certes, mais quel était le poids de ces progrès face aux pouvoirs des mondes supérieur et double ? Laurie dans son ingénuité voulait abolir les mystères, elle confondait un initié même ressuscité avec la présence divine. Elle n’avait pas suivi l’éducation d’un poète et elle croyait toujours qu’il est possible à un être humain de combler le fossé, de gommer la séparation entre les trois mondes. Laurie s’imaginait qu’en ayant la possibilité de vivre quelques moments de communion, de fusion avec les deux autres mondes, elle pourrait faire durer ces moments jusqu’à la fin d’une vie humaine, tout au long d’un amour humain. Il lui faudrait encore du temps pour comprendre le souci du poète de tout faire pour bien préparer le prochain moment de communion, de fusion…. Ce moment incontournable lorsque son corps charnel s’arrêtera de fonctionner. L’initié n’avait-il pas le droit d’organiser ce moment pour le placer au centre d’un rite permettant aux autres d’être les témoins de la célébration des mystères, d’être les témoins d’une passion, du voyage d’une âme vers notre demeure d’éternité en brisant la peur de la mort humaine, en confortant les liens d’une alliance nouvelle avec Dieu ? C’est en offrant son corps et son sang que cette célébration pouvait avoir lieu. Qu’est-ce qui était le plus important ? Laisser son corps charnel mourir et pourrir dans une tombe ? Ou bien auparavant réussir la célébration des mystères à travers la transfiguration puis la résurrection ? Achever le cheminement spirituel d’un être humain pétri de lumière ?

 

épisode suivant

page entière           présentation du roman     

la première décorporation     une technique de décorporation  

 la deuxième décorporation       la transfiguration

le développement spirituel

 

 CANNES  Sophia Antipolis         

 Le Mercantour  la Clue

accueil      plan du site      bibliothèque